RIAD SOUAFINE

RIAD SOUAFINE
Terrasse

Souafine patio

Souafine patio
Fontaine

samedi 1 janvier 2022

Meilleurs vœux pour 2022

 

Medina de Fès / Riad Souafine


Riad Souafine souhaite à toutes et à tous la meilleure nouvelle année possible et vous présente ses vœux pour 2022.

Que l'espérance triomphe, que la sérénité nous accompagne de nouveau, que les sombres nuages cèdent la place aux rayonnements du soleil et que nos esprits retrouvent enfin le chemin de nos rêves de voyages et d'aventures.

Amis fidèles, voyageurs du monde, nous serons bientôt réunis de nouveau à Souafine !


lundi 27 décembre 2021

Maroc: Tout ça pour ... rien !

 

Sans Titre Jon Lane 2014

Depuis le 29 novembre le Maroc s'est totalement refermé en interdisant tous les vols commerciaux internationaux et en bloquant ses frontières terrestres et maritimes dans le but d'empêcher l'arrivée d'Omicron, le dernier variant Covid.

L'idée, fort naïve, d'un repli sur soi pour se protéger d'un virus relève d'une illusion comme on a pu le constater en Australie qui n'a jamais réussi à se préserver totalement alors qu'elle est une île continent.

Fermer (une nouvelle fois) ses frontières en annulant les vols commerciaux mais en laissant atterrir les jets privés comme si les VIPs étaient naturellement immunisés grâce au dollar prouve l'incohérence de cette décision.

Laisser la ministre du tourisme s'envoler pour Madrid avec un aéropage d'une cinquantaine de personnes et devoir rapatrier ce petit monde alors que les marocains bloqués en Europe devaient se précipiter à Lisbonne (Portugal) ou Istanbul (Turquie) pour espérer rentrer au pays a généré frustration et sentiment d'abandon.

Plonger le monde du tourisme marocain au bord du suicide en lâchant du bout des lèvres quelques mesurettes pour le museler.

Tout cela pour quel résultat ? 

Alors que sur la semaine du 7 au 14 novembre on constatait 430 nouvelles contaminations ( chiffre le plus bas depuis le début de l'épidémie) et 30 décès, la semaine dernière du 20 au 26 décembre les nouveaux cas se montent à 3505 et "seulement" 19 décès.

Il est clair qu'Omicron circule activement sur le territoire mais que cela n'entraîne pas une saturation hospitalière (taux d'occupation des lits Covid: 2,2% au 27/12/21) et la mortalité liée ne suivent pas la courbe des contaminations.

Par contre les répercussions économiques sont bien réelles.

La médina de Fès agonise. Les artisans, les bazars, les guides, les Riads et les Maisons d'Hôtes n'ont plus de ressources et n'ont plus d'espoir.

Un jour, plus personne ne peut dire quand, la vie normale reviendra et le tourisme renaîtra de ses cendres comme le laissent à penser les sondages qui montrent l'envie et le désir de voyager de nouveau des gens privés de destinations qui font rêver. Le Maroc suscite toujours le même désir et reste une destination qui attire.

En attendant ce jour béni, les professionnels seront nombreux à avoir coulé, abandonné le navire ou sombré avec lui dans l'indifférence la plus totale.

Bab Boujloud / Riad Souafine 2021



jeudi 2 décembre 2021

Maroc: les compagnies aériennes réagissent et ferment la destination

 

Aéroport Fès Saiss  / Riad Souafine

Il fallait s'y attendre: les compagnies aériennes premières victimes des mesures prises sans concertation par le gouvernement marocain de fermer les liaisons aériennes de manière abrupte depuis quelques semaines (Russie, Allemagne, Pay-Bas puis France et maintenant le monde entier) avec des préavis de 24 heures, ont fini par faire réagir les plus grandes compagnies low-cost qui opéraient sur la destination Maroc.

Easy Jet a été la première  en octobre à annoncer suspendre ses vols jusqu'en février et hier Ryanair qui dans un mouvement d'humeur (justifié) a à son tour annoncé l'arrêt de tous ses vols vers le Maroc jusqu'au 1er février 2022.

Air Arabia n'a rien annoncé mais en pratique la plupart des liaisons France / Maroc ne sont ouvertes que vers la mi-janvier 2022.

Pour les étrangers encore bloqués au Maroc le coût des derniers vols de rapatriement a explosé car il ne faut pas espérer la moindre compassion de la part des compagnies aériennes comme la RAM ou Air France.

Quant aux marocains bloqués en Europe...... ils restent bloqués comme en mars 2020.

L'autre grand secteur victime de ces décisions plus inspirées par la panique que par la raison scientifique c'est le Tourisme qui déjà moribond après 20 mois de crise s'enfonce un peu plus.

Tous les acteurs interpellent le Premier Ministre, la ministre du tourisme, le gouvernement, prennent la plume pour porter à leur connaissance leurs doléances et leur appel au sauvetage immédiat du secteur sans beaucoup d'effet à ce jour.

Pourtant il y a une urgence vitale pour les employés, les propriétaires d'établissements, les transporteurs touristiques dont les véhicules sont saisis par les banques.

Ce sont des centaines de milliers de familles qui vivent directement ou indirectement du tourisme et le Maroc n'a pas les moyens d'ajouter une crise sociale, économique à la crise sanitaire.

Le silence, la paresse et l'indifférence de l'Etat face à ce drame social pose question.




dimanche 28 novembre 2021

Maroc: Fermeture totale

 

Aéroport Fes-Saiss : Riad souafine 2021

Comme cela était prévisible le Maroc vient d'annoncer la suspension dès ce soir de toutes les liaisons aériennes vers le Maroc. Ce qui revient à une fermeture totale des frontières puisque même la voie maritime est concernée par cette mesure qui devrait durer au moins 15 jours.

Des vols de "rapatriement" des touristes français bloqués au Maroc sont en cours et devraient s'achever ce soir.

D'autre vols seront nécessaires pour "évacuer" les touristes d'autres nationalités. 

Ce nouveau coup dur pour les compagnies aériennes et l'ensemble des professionnels du tourisme sera lourd de conséquence pour un secteur qui après 19 mois de crise espérait sortir la tête de l'eau au moins pour les fêtes de fin d'année.

Marrakech qui se réjouissait d'une reprise massive des réservations pour fin décembre est submergée par les annulations et les demandes de remboursement.

Les professionnels, depuis l'arrêt des aides aux employés le 1er juillet, ne cessent d'implorer le gouvernement pour qu'au moins les emplois soient sauvés...

jeudi 25 novembre 2021

Maroc Dernière Minute: la France bloquée

 

Le Maroc vient d'annoncer l'arrêt total des liaisons aériennes de et vers la France à compté de ce vendredi à 23h59 pour une durée indéterminée.

"Afin de préserver les acquis du Royaume du Maroc en matière de gestion de la pandémie de la COVID-19 et pour faire face à la dégradation de la situation sanitaires dans certains pays, les autorités marocaines ont pris la décision de suspendre les vols réguliers de passagers à destination et en provenance de la France."

Il est fort probable que ce soit toute l'Europe qui soit concernée dans les prochaines heures.

Le Maroc a déjà suspendu les liaisons aériennes avec la Russie, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume Uni.

Les touristes français actuellement au Maroc doivent prendre immédiatement un billet retour avant demain ou tenter de rentrer par un des pays encore libre d'accès (Espagne, Italie...). 

Pour les marocains actuellement en France il y aura peut-être des vols de rapatriements mais l'expérience passée ne présage rien de bon.


Dans la nuit il a été décidé par le Maroc de repousser à dimanche 28 novembre au soir la suspension des vols de/vers la France.



mardi 16 novembre 2021

Maroc: Covid game over ?

 

Riad Souafine 2021

Le Maroc serait-il en passe d'avoir "éradiqué" le Covid ?

Tout porte à le croire et surtout les chiffres de ces dernières semaines des nouvelles contaminations et des décès.

Sur la semaine du 8 au 14 novembre il a été relevé 430 nouvelles infections et 30 décès ce qui correspond aux chiffres de mars 2020 au début de l'épidémie, il y a une éternité.

Il est vrai qu'à l'époque le Maroc a pris des décisions radicales, fermetures de toutes les frontières, confinement et couvre-feu.

Il est certain que la campagne de vaccination menée tambour battant depuis janvier 2021 a joué un rôle de protection de la population qui a visiblement permis de réduire l'impact de la seconde vague de contamination due aux allègements de cet été.

Mais.... cela n'explique pas tout car dans la pratique les marocains sont loin de respecter les mesures de distanciation. A Fès par exemple les bus sont de nouveau bondés et personne n'y porte de masque, la présentation du "pass vaccinal" imposée depuis le 21 octobre n'est plus contrôlée dans la plupart des lieux y compris dans les grandes surfaces.

Le contraste entre les mesures édictées et la réalité du quotidien pose question. Dans tout autre pays un tel comportement engendrerait une explosion des contaminations comme on le constate dans les pays européens qui ont relâché la pression et les contraintes.

Les scientifiques devraient se pencher sur cette particularité marocaine.

Malgré cette heureuse évolution, le Maroc poursuit la surenchère des mesures de protection, peu cohérentes, avec fermeture sans préavis ou presque des liaisons aériennes avec le Royaume Uni, l'Allemagne et les Pays-Bas tout en laissant un accès libre aux Belges alors que ce pays enregistre aussi une progression alarmante des cas et depuis cette semaine la mise en place aux aéroports d'un test de contrôle à l'arrivée des voyageurs en provenance d'un pays de la liste "B". (voir la liste des pays concernés)

Tout voyageur détecté positif Covid sera dans l'obligation de reprendre immédiatement un vol retour aux frais de sa compagnie aérienne.

Outre le fait que cela va aggraver le temps de passage à la sortie de l'aéroport, se posera le risque des "faux positifs" ou du casse-tête déchirant pour les familles dont l'un des membres serait positif...

Ces nouvelles mesures pénalisent encore et toujours le tourisme dont les acteurs voient leurs espoirs de reprise reportés toujours plus loin. 

Qui va prendre le risque de venir au Maroc, de s'y retrouver bloqué ou refoulé ?

Cela devient lassant. Le Maroc se comporte comme le célèbre village gaulois cerné par les romains.

Tant que le monde ne sera pas immunisé il sera illusoire de se croire sauvés, le renforcement de ces mesures d'isolement sont vaines et économiquement mortifères.

Le tourisme intra-européen s'est fortement redressé en 2021malgré un contexte sanitaire loin d'être idéal, les USA ont réouvert l'accès à leur territoire. En dehors de la Chine et de l'Australie, le monde essaie de revivre, de redonner au tourisme une bouffée d'oxygène tandis que le Maroc le laisse tomber.

Rêvons un peu: le printemps 2022 (ou 2023?2024 ?) sera lumineux...

Giovanni "Colombia"



samedi 16 octobre 2021

Maroc: Pass Vaccinal obligatoire

 

source cciscs.ma


Le Maroc vient d'annoncer l'obligation de présenter un Pass Vaccinal pour accéder aux services administratifs.

En pratique se rendre dans un bureau  pour effectuer la moindre démarche ne sera possible qu'aux citoyens vaccinés.

L'extension de cette obligation à tous les lieux recevant du public est fort probable dans un proche avenir d'autant plus que la campagne vaccinale est bien avancée puisque  2/3 de la population est en passe d'être totalement vaccinée.

Le Maroc a aussi ouvert l'accès à une troisième dose aux personnes de plus de 60 ans, déjà  administrée à plus de 600 000 personnes.

Le Maroc reçoit régulièrement des stocks de vaccins y compris celui à ARN de Pfizer ce qui lui permet d'envisager une immunité collective avant la fin de l'année.

Contrairement à certains pays Européens, au Maroc l'obligation du Pass Vaccinal ne suscite aucun rejet de la part de la population au contraire, les marocains espèrent tourner la page Covid au plus vite et ils ont compris que le meilleur moyen de lutte est la vaccination puisque le respect des gestes barrières est souvent oublié.

samedi 9 octobre 2021

La France sort enfin le Maroc de la liste des pays "rouge"

 



Le journal officiel de la République Française daté du 8 octobre entérine la sortie du Maroc de la liste des pays classés "Rouge" et ce dès le 11 octobre 2021.

C'est la nouvelle attendue par tous les français amoureux du Maroc qui depuis 18 mois repoussaient leur voyage en partie à cause de ce classement en "rouge" qui leur imposait de justifier d'un motif impérieux pour se rendre au Maroc.

La décision française intervient après la confirmation que la situation épidémique au Maroc était parfaitement sous contrôle ainsi qu'au vu des chiffres des nouvelles contaminations, des décès et des hospitalisations en réanimation qui depuis plus d'un mois sont en constante baisse.

Pour information le Maroc totalise à ce jour plus de 20 millions de personnes vaccinées soit près des 2/3 de se population.

Toutes les restrictions ne sont pas encore totalement levées dans un sens comme dans l'autre notamment pour les touristes non vaccinés qui restent soumis à l'obligation d'une mise en quarantaine de 10 jours (en hôtel prépayé) à leur arrivée au Maroc.

Pour les touristes vaccinés la nécessité de présenter à l'embarquement vers le Maroc un test PCR de moins de 48h reste en vigueur tandis que la France n'exige pour sa part aucun test PCR  pour les français qui reviennent au pays.

Tous les espoirs d'un retour à une situation quasi normale sont permis. Tout dépendra de l'évolution de l'épidémie en Europe dans les prochaines semaines.

Les professionnels du tourisme qui vivent un drame permanent se mettent à rêver d'une fin d'année plus sereine ou à tout le moins d'un printemps dynamique.




dimanche 19 septembre 2021

Maroc: le bon élève Covid 19

 


En cette fin de septembre le Maroc peut se réjouir car les bonnes nouvelles sur le front de la lutte contre l'épidémie Covid 19 sont au rendez-vous.

La première est du domaine "technique" puisque l'Union Européenne vient de valider la conformité du certificat de vaccination en vigueur au Maroc depuis le printemps. Rares sont les pays hors U.E qui ont obtenu  l'équivalence avec le Certificat Covid Numérique de l'U.E.

Le Maroc est le seul pays du Maghreb et du continent africain a remplir les conditions exigées par l'U.E.

Le QR Code doit obligatoirement comporter les informations sur l'état civil, les vaccins administrés, le numéro du lot ainsi que les dates des injections.

Cette reconnaissance purement technique n'implique pas la reconnaissance des vaccins administrés lorsqu'ils ne sont pas homologués par l'E.M.A (l'agence européenne du Médicament). 

Cependant au sein de l'Europe certains pays comme l'Espagne se sont affranchis de l'E.M.A en reconnaissant par exemple le vaccin chinois du laboratoire Sinopharm.

Comme on le devine cela ne va pas faciliter la libre circulation des marocains au sein de l'Europe.

Les personnes vaccinées avec le Sinopharm ne sont pas interdites d'entrées en Europe mais devront se conformer aux exigences des différents pays comme la quarantaine ou la multiplication des tests PCR de contrôle.

La seconde bonne nouvelle est l'évolution de l'épidémie qui depuis maintenant une quinzaine de jours semble régresser au Maroc comme d'ailleurs un peu partout dans le monde. 

Les régions de Casablanca, Tanger et Rabat sont toujours les plus touchées tant au niveau des nouvelles contaminations que des décès. 

Il n'empêche que les indicateurs nous confirment le reflux de la vague estivale.

La dernière bonne nouvelle concerne la campagne de vaccination car avec plus de 20 Millions de marocains totalement vaccinés c'est plus de 60% de la population qui est immunisée.

Ce qui fait du Maroc le pays du continent africain ayant le plus vacciné.

Avec la vaccination des 12 / 17 ans en cours et celle des enfants de 3 à 11 envisagée (mais cela suscite des réserves car il n'y a pas de vaccin pédiatrique), l'immunité collective au Maroc devrait être atteinte avant la fin de l'année si les livraisons de vaccins se poursuivent au rythme actuel.

Depuis le début de l'année 2021 le Maroc aura en effet réceptionné à ce jour un total de plus de 48 millions de doses dont 35,5 millions de Sinopharm, 7 millions d'Astra Zeneca, 3,56 millions de Pfizer et 2,06 du fond Covax (source Media24).

Les condition seront donc bientôt réunies pour un retour à une vie proche de celle d'avant la pandémie et une levée progressive des restrictions encore en vigueur.


jeudi 9 septembre 2021

Maroc Elections: Bérézina pour le PJD

 


Le 8 septembre se sont tenues les élections législatives, régionales et municipales au Maroc. Ce triple scrutin a visiblement boosté le taux de participation puisque celui-ci à atteint plus de 50%, une première depuis longtemps.

Le grand perdant de ces élections est le Parti Justice et Développement (islamiste modéré) qui passe de 125 sièges au Parlement à 12 sièges (-90%) après 10 ans de pouvoir.

Le principe qui dit que le pouvoir use se confirme.

Le PJD qui aux dernières élections avait raflé la quasi totalité des présidences des grandes villes ne devrait n'en conserver aucune y compris Fès la capitale religieuse historique.

Les grands vainqueurs sont le Rassemblement National des Indépendants (RNI), le Parti Authenticité et Modernité (PAM) libéraux et le Parti de l'Istiqlal (PI) de centre droit.

Les deux principaux partis de Gauche, l'USFP et le PPS maintiennent un score honorable avec 55 sièges au total.

Les sondages politiques étant interdits au Maroc pendant les campagnes électorales, il est difficile d'analyser finement les intentions de votes ce qui ménage l'effet de surprise.

Le PJD est arrivé au pouvoir en 2011 lors de la crise dite "des printemps arabe" qui au Maroc n'aura guère mobilisé les foules et à l'époque il a pu bénéficier de l'auréole qui entourait le PJD Turc dirigé par celui qui n'était encore que Premier Ministre, Recep Tayyip Erdogan. 

Abdelilah Benkirane alors Premier Ministre PJD de 2011 à 2017 l'avait pris comme modèle et avait ouvert aux entreprises turques le marché marocain (textile, distribution, artisanat...) avec des effets délétères sur ces secteurs d'activités.

Saad eddine el Othmani qui lui a succédé en 2017 jusqu'à hier, contrairement à son prédécesseur n'a pas vraiment marqué les esprits semblant ne gérer que les affaires courantes sans marge de manœuvre et maintenu à la tête du gouvernement grâce à une coalition de parti fragile.

El Othmani et le PJD ont fini leur mandat en avalant des couleuvres difficiles à digérer telles que la légalisation de la culture du cannabis et la libéralisation et la normalisation des échanges avec Israël qui ont été massivement approuvées par les marocains.

Les observateurs  concluaient fort justement à la perte d'influence du PJD ce que les urnes viennent de confirmer.

Mais l'ampleur de cette Bérézina électorale pour le PJD qui disparaît presque du paysage politique personne ne s'y attendait.

Les professionnels du tourisme semblent se réjouir de cette alternance. Depuis les diatribes contre ce secteur proférées par M. Benkirane au début de son mandat et le quasi désintérêt marqué par son successeur dont le summum est atteint depuis ce mois de juin avec l'arrêt de la seule mesure d'aide envers les employés du tourisme, les professionnels n'osaient espérer un tel changement.

Les attentes envers le prochain chef de gouvernement et des ministres dont il s'entourera sont énormes. 

La pandémie qui depuis 18 mois a mis à l'arrêt quasi total l'activité touristique et les entreprises du secteur qui commencent à sombrer nécessite des mesures d'urgence pour sauver l'outil et les talents qui contribuent fortement à l'économie du pays et à l'entrée des devises étrangères.

Pour le futur gouvernement le temps est compté car l'urgence est absolue !

mardi 3 août 2021

Maroc: Flambée de Covid 19 hors de contrôle

 

Maroc courbe Covid au 1/08/2021

A compté de ce mardi à 21 heures de nouvelles mesures de restrictions entrent en vigueur pour tenter d'enrayer la propagation des contaminations au Covid et d'éviter la saturation des hôpitaux.

Les mesures qui vont s'appliquer ce soir rappellent celles déjà prises il y a quelques mois.

Principales restrictions:

Marrakech, Casablanca et Agadir seront complètement fermées avec interdiction d'entrer ou de sortir. Cette interdiction ne s'applique pas aux personnes disposant d'un pass sanitaire ou en cas d'urgence médicale, de déplacements professionnels en présentant un document validé par les autorités.

Un couvre-feu national s'imposera à tous (sauf urgence médicale) de 21 heures à 5 heures du matin.

Les cafés et restaurants devront fermer à 21 heures et ne pourront en journée dépasser une jauge fixée à 50% de leur capacité.

Les cérémonies, les mariages et les rassemblements publics ou privés sont interdits.

Ces mesures sont justifiées car il est évident que l'épidémie n'est plus sous contrôle. Cette nouvelle vague dépasse largement la précédente (voir le tableau). Tous les records sont battus.

La semaine dernière le nombre de nouvelles contaminations s'est élevé à 50 445 alors que le maximum atteint lors de la précédente vague était de 36 396 en novembre 2020.

Tous les épidémiologistes le disent le Maroc n'a pas encore atteint le pic de cette vague, la courbe devrait continuer à croître au moins jusque mi-août. 

Au niveau des décès on constate que proportionnellement, leur nombre bien qu'élevé est en retrait par rapport aux contaminations cela peut être corrélé à la campagne de vaccination menée tambour battant avec environ 30% de la population complètement vaccinée (ce qui fait du Maroc le pays le plus vacciné du continent Africain). 

Il n'empêche que l'immunité collective est loin d'être atteinte.

La perspective d'une sortie de crise rapide s'éloigne.

A commencer par celle espérée par les opérateurs touristiques notamment ceux implantés dans les villes côtières qui comptaient sur le tourisme local pour survivre.

Les restrictions de ce jour douchent tous les espoirs du secteur pour ce mois d'août balnéaire et plongent tous les autres déjà agonisant dans une dépression sans limite.

Ce qui met en rogne les acteurs du tourisme c'est de constater que l'expérience passée n'a pas servi de leçon aux décideurs. En effet la précédente vague à débuté l'an dernier peu après la célébration de l'Aïd el Kebir en juillet 2020. 

Le relâchement initié cette année avec une ouverture du territoire aux Marocains de l'Etranger et à quelques touristes, l'absence de réaction face à l'abandon  des gestes barrières par la population et l'absence de mesures restrictives lors de  l'Aïd 2021 pour sauver les 13 milliards de dirhams que rapportent aux éleveurs la vente des moutons en cette période ne pouvaient que provoquer cette aggravation de la situation.

Cruel dilemme que celui de devoir choisir entre deux maux: la santé économique d'un secteur au détriment de la santé de la population et de la faillite d'autres secteurs économiques.

Pour le tourisme comme nous le craignions l'année 2021 sera malheureusement encore une année blanche qui sans nouvelles aides devrait provoquer des licenciements et des faillites qui feront courir au pays un risque social majeur.

Les restrictions mises en place même si elles interviennent un peu tard et n'auront qu'un effet limité pour contrer la vague épidémique actuelle sont légitimes et seront certainement renforcées dans un proche avenir mais tout le monde le comprend elles ne sont pas de nature à susciter l'envie de venir au Maroc pour passer des vacances sereines !



vendredi 16 juillet 2021

Maroc: Covid 19 un tsunami que rien n'arrête

 

Au 16 juillet 2021

Le graphique dit tout. Le Maroc connaît une croissance des cas de contaminations que rien ne semble pouvoir stopper, ni les suppliques du Ministre de la Santé, ni les consignes de fermeté transmises aux autorités locales, ni la campagne de vaccination dont l'intensité est liée aux livraisons des doses de vaccins.

Il y a tout juste un mois les nouveaux cas étaient en moyenne de moins de 400 par jour, cette semaine nous atteignons plus de 2000 cas jour.

Ce n'est que le début d'un tsunami qui sera malheureusement plus important que lors de la première vague qui a débuté en août 2020.

Dans un article précédent nous avions déjà alerté sur les risques que l'arrivée massive des MRE pouvait provoquer.

Depuis la seule mesure annoncée par le gouvernement est l'interdiction de la prière de l'Aïd el Adha. 

Ce n'est pas sérieux.

Il suffit de se promener dans les souks de vente de moutons en ce moment, dans les rues des villes, la nuit après le couvre-feu pour constater qu'aucune des mesures "imposées" ne sont respectées par la population. 

Même la mesure de mise en quarantaine a été totalement édulcorée pour les marocains de l'étranger qui n'ont plus qu'une obligation de confinement à "domicile", c'est à dire dans leur famille d'accueil où ils vont pouvoir contaminer allègrement tous les membres de la famille.

A vouloir à tout prix leur dérouler le tapis rouge nous courons le risque de nous retrouver dès le mois d'août, après leur départ, avec un champ de ruine sanitaire.

Le nombre de décès quotidien est lui aussi en augmentation constante ces derniers jours.

Le gouvernement doit d'urgence prendre des mesures à la hauteur du risque: 

- vaccination complète pour l'entrée sur le territoire

- interdiction de déplacement interville 

- port du masque obligatoire en tous lieux

- service des cafés et restaurants uniquement en extérieur

- confinement stricte pour la durée de la fête de l'Aïd el Adha

- sanction de tous les contrevenants

Si rien n'est fait dès maintenant le Maroc sera submergé et sera condamné à voir la reprise de l'économie et du tourisme repoussées encore et encore.

Nous serons vite fixés car la fête de l'Aïd c'est dans cinq jours.