RIAD SOUAFINE

RIAD SOUAFINE

vendredi 17 octobre 2014

Festival Culture Soufie Fès 2015

 

M. Faouzi Skali fondateur du Festival de la Culture Soufie de Fès vient d'annoncer que la 9ème édition du festival se déroulera du 18 au 25 avril 2015.

Le thème choisi pour 2015 est "Rumî: la religion de l'amour". Cet immense poète perse est indissociable de la confrérie des mevlevis (derviches tourneurs). Par ces temps troublés où la vision de l'Islam devient source de rejets  et de discorde, il est salutaire que le Festival de la Culture Soufie apporte une autre dimension dans le champ spirituel.
Pour Rumî, maître soufi, il n'y a de religion que dans l'amour.

Il n'est pas certain que si Rumî vivait parmi nous aujourd'hui il puisse écrire et surtout publier ses poèmes tant ils seraient considérés comme subversifs par certains extrémistes.

jeudi 2 octobre 2014

Fès: Association Régionale des Maisons d'Hôtes de Fès

L'ARMH de Fès s'est réunie le 17 septembre en assemblée Générale pour procéder à l'élection de son nouveau Conseil d'Administration et de son Bureau.

La composition du nouveau Bureau est:

Président: Riad Damia
Vice-Président: Riad Souafine
Secrétaire Général: Riad Dmana
Secrétaire adjoint: Dar el Bali
Trésorier: Ryad Mabrouka
Trésorier adjoint: Riad Braya

Autres membres du CA:

Dar Victoria, Dar Alya, Riad Maison Bleue, Riad Ghita, Riad Rcif

Lors de l'assemblée générale, le constat sur la situation touristique de la médina de Fès a été fait.
Actuellement la médina de Fès compte 91 établissement classés pour plus de 250 riads en activité.
Cela signifie qu'au regard de la loi marocaine et des règles imposées par le ministère du tourisme près des 2/3 des établissements accueillent illégalement des touristes dans des conditions non conformes.

Ces établissements non classés échappent à toutes les obligations légales (pas de taxes payées à l'état, pas de sécurité sociale pour les employés, pas d'assurance....) et n'offrent souvent qu'un hébergement de piètre qualité (pas de chauffage ou de climatisation, souvent pas d'eau chaude....).

La crainte des adhérents de l'ARMH est que si la situation perdure l'image même de la destination ne soit détériorée. En effet les touristes mécontents de leur séjour dans ces riads non officiels ne peuvent que transmettre au retour une insatisfaction.

Les établissements adhérents de l'ARMH s'engagent tous à respecter outre leurs obligations légales, les critères définis dans la Charte de l'ARMH ce qui est une garantie vis à vis des touristes accueillis.

Charte Qualité de l'ARMH:

Les adhérents de l’ARMH de FES s’engagent à:
Obtenir toutes les autorisations administratives dont relève leur activité.
Respecter le Code du Travail.
Déclarer leurs employés à la CNSS, AMO, couverture Accident du Travail
Carte sanitaire
Appliquer une grille salariale dont le minimum ne peut être inférieur au SMIG
Souscrire toutes les assurances nécessaires et notamment une Responsabilité Civile Professionnelle.
Maintenir en état de fonctionnement tous les systèmes de protection incendie.
Formation secourisme
Respecter les normes d’hygiène alimentaire
Déontologie:
Non détournement de clientèle par des procédés douteux.
Non débauchage des salariés des autres Maisons d’Hôtes
Non dénigrement des autres adhérents
Refus de pratiques de « dumping »
(Les membres de l’ARMHF sont solidaires des décisions de l’association)
Les adhérents s’engagent à promouvoir en tous lieux et toutes circonstances Fès et sa région.
La transparence:
Chaque demande de réservation doit être étudiée avec attention ; la procédure de réservation doit être simple et maintenue selon les termes initiaux conclus avec le client.
Les documents publicitaires, les photos et le site internet qui présentent la maison doivent être fidèles à la réalité.

mercredi 1 octobre 2014

Fès: Aïd el Adha 2014 J-3

Les marocains s’apprêtent à célébrer la grande fête de l'Aïd el Kebir qui aura lieu cette année le dimanche 5 octobre.

Les préparatifs commencent quelques jours avant la date. Les premières bêtes, veaux ou moutons, s'installent sur les terrasses de la médina et agrémentent de leurs meuglements ou bêlements les jours et souvent les nuits des habitants.
Stand médina / Souafine 2014

Pour assurer l'alimentation du bétail des stands de vente de foin, d'orge et de maïs fleurissent un peu partout dans les quartiers ainsi que les roues en pierre des aiguiseurs de coutelas....

Souafine 2014
Depuis quelques années Riad Souafine ferme ses portes pour l'Aïd.
A cela deux raisons principales, la première est que l'Aïd el Adha est la plus importante des fêtes religieuses pour les musulmans et permettre à chaque membre de l'équipe du Riad de passer en famille le jour de l'Aïd est apprécié par tous.
La seconde raison est que pour les touristes étrangers, non musulmans, la médina de Fès (ainsi que toutes les villes du pays) ne se présente pas sous son meilleur jour. Tout est fermé ce jour là, aucune échoppe, aucun artisan n'est ouvert ou ne travaille. La matinée de l'Aïd est consacrée au sacrifice rituel (près de 5 millions de bêtes seront égorgées dans tout le Maroc) puis vient le temps des grillades, les têtes de moutons sont grillées le plus souvent dans les ruelles. Ce choc culturel n'est pas toujours bien vécu par les touristes.
Conséquence de cet abattage massif de moutons les magasins alimentaires sont vides, ni viande, ni poisson, les jours qui suivent l'Aïd, peu de légumes frais car les transports de marchandises fonctionnent au ralenti, les ports de pêche sont fermés faute de pécheurs....

Au bout de deux ou trois jours la vie quotidienne reprend progressivement son cours normal et la médina retrouve son attrait toujours aussi envoûtant.

dimanche 28 septembre 2014

FESTIVAL MUSIQUES SACREES: M. FAOUZI SKALI COMMUNIQUE




Communiqué de Faouzi Skali, sur son départ de la direction de la fondation Esprit de Fès
Dimanche 28 septembre 2014

Une épopée étonnante : plus de vingt ans du Festival de Fès des Musiques sacrées du Monde et son Forum.
                                       
 
 
De nombreux amis proches ou lointains ou d'autres, du Maroc et d'ailleurs, qui ont pu à un moment ou un autre s'intéresser à cette épopée du Festival et de son Forum, m'ont interrogé sur les raisons de mon départ de la Direction de la Fondation "Esprit de Fès". Cela est également le cas de la Presse à laquelle je n'ai pu, depuis quelques semaines, qu'apporter des réponses évasives. 

Il m'a semblé opportun d'y apporter une réponse depuis précisément qu'un nouveau Directeur, Tajeddine Baddou, vient d'être nommé. C'est aussi une forme de courtoisie que je dois à tous ceux, visiteurs, artistes, conférenciers et journalistes, et ils sont forcément nombreux, avec lesquels j'ai eu des échanges passionnés et fructueux pendant près d'un quart de siècle (j'avais organisé le premier événement, qui préfigurait la création du Festival des Musiques Sacrées, en 1991). 

Comme toute entreprise collective qui implique une certaine complexité d'organisation une telle aventure n'a pas manqué de tensions, de conflits, de divergences d'approches et de visions. Comment peut il en être autrement !
Mais c'est aussi ainsi que l'histoire s'écrit à grande comme à petite échelle, dans cette dialectique des conflits et de leur dépassement. 

La raison, la seule, la vraie, est la sensation naturelle que cette vingtième édition venait clore pour moi une première phase de cette aventure qui en elle même est illimitée, ce Festival faisant désormais partie de la mémoire et du patrimoine de Fès et du Maroc. 

La Festival étant une propriété culturelle collective il est important que celui- ci puisse se perpétuer au- delà des personnes qui on en eu l'initiative et quel moment pouvait être plus propice que celui d'une édition qui semblait être comme un rappel de toutes les autres sous le titre emblématique (inspiré de l'œuvre de Attâr) :" Conférences des Oiseaux; lorsque les Cultures voyagent".
Cette même vision philosophique et spirituelle du Festival fut exprimée à travers la création, marocaine (sans y voir le moindre chauvinisme), de la soirée d'ouverture. Cette soirée même et sa réussite, saluée par tous, sont le résultat d'une expertise et d'un savoir-faire que l'évolution de cette aventure de Fès a permis d'atteindre. Un livre aussi a été édité à cette occasion, qui en vingt mots clés vient jalonner , non pas la chronologie événementielle mais celle , intellectuelle, réalisée un thème après l'autre au fil des années. Un beau livre qui restera aussi comme un témoignage vivant de l'aventure d'une intelligence et d'une vision collectives.

C'est le Maroc selon moi, en particulier ce Maroc du Roi Mohammed VI où une telle liberté de créer existe et est encouragée, dans le cadre d'une effervescence de la société civile où les initiatives peuvent avoir le temps d'être semées, de fleurir et de porter leurs fruits qui rend de telles aventures possibles.
J'aimerais aussi dire mon profond respect et toute mon amitié à une personne qui m'est chère et avec laquelle nous avons développé ce projet à coups de "désaccords féconds". Je veux parler de Mohammed Kabbaj, qui a toujours accepté avec courage de prendre des risques lorsqu'il pensait que le résultat en valait la peine, et qui m'a toujours impressionné par son sens de la responsabilité et de l'engagement. Il sera peut être le premier étonné de cette attestation mais Mohammed Kabbaj fut pour moi, toutes ces années durant, une véritable école de vie et je l'en remercie profondément. 

J'aimerais souhaiter un plein succès à l'équipe actuelle, le nouveau Président Abderrafih Zouitene, qui s'est saisi de cette nouvelle fonction avec passion, le nouveau Directeur l'Ambassadeur Tajeddine Baddou, qui est un ami très cher et de longue date , un homme de culture qui a déjà réalisé de très beaux projets et dont je sais qu'il apportera à celui de Fès une amplitude et une richesse supplémentaires et à Ali Benmakhlouf, désormais Directeur du Forum de Fès, qui a su initier des passerelles, à un niveau profond, entre pensées d'Orient et d'Occident.
Il faut saluer et remercier bien d'autres personnes avec lesquelles se sont créés des liens de travail et d'amitié essentiels. Je ne peux le faire ici mais ils se reconnaîtront. 

La Simurgh est encore loin mais les Oiseaux de Attâr continuent de voler pensant sans doute à cette parole de Faulkner qui disait que "Notre rêve doit être assez grand pour ne pas le perdre de vue en cours de voyage". 
 
Faouzi Skali

samedi 27 septembre 2014

Risques terroristes: le Maroc toujours classé en "vert"


Depuis l'enlèvement et l'assassinat monstrueux du Français Hervé Gourdel en Algérie, les forums de voyage sont en effervescence. L'amalgame que certains font est souvent amplifié par les médias en tentant d'inclure  le Maroc dans la liste des pays dangereux.

Qu'en est-il réellement ?

Le site du ministère français des affaires étrangères, diplomatie.gouv.fr, consulté aujourd'hui classe toujours le Maroc en vert (soit vigilance normale) tout en déconseillant certaines zones du pays.
Il s'agit, pour des raisons évidentes,essentiellement des régions du sud du Maroc, proches du Sahara et de la Mauritanie.

Les régions touristiques d'Agadir à Tanger et de Rabat à Saïdia sont considérées comme sûres et ne nécessitant qu'une simple vigilance de la part des touristes.

A ce jour séjourner au Maroc n'est pas plus dangereux que d'habiter Paris ou de visiter Bruxelles ou Londres.

Comme la France le Maroc a décompté environ 1000 marocains partis rejoindre les rangs de l'EI.

Le Maroc fait preuve d'une grande efficacité quant au suivi de ces citoyens à risques et les services de police, de renseignement intérieurs et extérieurs arrêtent ou démantèlent régulièrement des individus ou des groupes susceptibles de constituer une menace.

Le risque zéro n'existe pas et personne n'est à l'abri d'un acte isolé d'un de ces individus qui serait passé au travers des mailles du filet. Ici comme en Europe !

Ce que cherche à obtenir l'EI c'est bien de créer une terreur généralisée qui dresserait les non musulmans contre les musulmans, l'occident contre l'orient et pousserait chacun à se replier à l'intérieur de ses frontières.
En commettant des actes d'une telle barbarie au nom de l'Islam le but recherché est là encore de rendre l'Islam intolérable aux yeux du monde occidental.

Le Maroc s'est toujours placé à contre courant de cette mouvance et prône avec succès un Islam modéré et tolérant.
Pour le coup si l'activité touristique devait s'effondrer au Maroc cela pourrait entraîner des tensions sociales négatives avec des répercussions certaines sur l'Europe du Sud.
Voyager aujourd'hui au Maroc ne présente pas plus de risque qu'hier et contribue à coup sûr à aider le pays et son peuple.

PEINTURES: exposition des oeuvres de John Lane

Calanques / Jonathan Lane 2014

Nous avons déjà dans ce blog rendu compte de l'activité de Jonathan Lane, artiste peintre anglais d'origine dont les œuvres suscitent toujours auprès des amateurs et collectionneurs un réel enthousiasme.

Nous avions rencontré Jonhatan à Fès en 2007 alors qu'il découvrait la Médina et qu'il en tombait sous le charme au point de se lancer dans la restauration d'une toute petite mais sublime maison.

Séjournant à l'époque plusieurs mois à Fès il s'est laissé envahir par le mystère de cette cité et a pu au travers de son travail pictural de l'époque créer l'indicible, saisir l'effet miroir que la médina induit chez chacun de nous.

Depuis quelques temps il s'est installé à Marseille tout en revenant régulièrement à Fès se ressourcer.
Atelier / Jonathan Lane 2014

Du 25 octobre au 5 novembre, John Lane exposera à l'Espace Société Nautique de Marseille ses dernières peintures inspirées cette fois-ci des calanques des environs de Marseille.
Calanques / Jonathan Lane 2014

Le vernissage aura lieu le 24 octobre et tous les amis de Fès résidant dans cette région ou de passage à ce moment là seront les bien venus.

Calanques / Jonathan Lane 2014

"Calanques" - Jonathan LANE

Exposition 25 octobre > 5 novembre 2014
Espace Société Nautique de Marseille, 23 quai Rive Neuve - 7e 

 
Vernissage le vendredi 24 octobre à partir de 18h, 
live électro Alex Duncan (UK). 


Fasciné par cette bande de terre sauvage et préservée, aux portes de la ville où il a récemment posé ses valises, Jonathan a eu envie de créer un ensemble qui ne serait pas juste une série de toiles représentant un bel endroit, mais plutôt une ode, ou unetraduction de cet endroit. "Au moment de m'y attaquer, j'ai ressenti, comme souvent, l'inutilité de ma présence, je me suis senti dominé par cette nature. Comment faire pour me libérer de toute référence/obligation figurative ?"
Pour cette série "Calanques", Jonathan a travaillé sur beaucoup de toiles en même temps, passant de l'une à l'autre, sans ordre particulier; il n'y a pas de composition préalable ; chaque toile est en quelque sorte née du brouillard ; couche après couche, elle finit par émerger et trouver son équilibre. Ses toiles sont sa manière de dire la roche, l'eau et la lumière, le flux  tectonique, le mouvement et, bien sûr, la beauté qui nous y attire irrémédiablement.
"
Les calanques ne sont pas simplement belles, mais sèches, caillouteuses, inflammables, piquantes, vertigineuses, dangereuses… Ce qui m'intéresse surtout, c'est le sentiment d'absence d'humain que l'on y expérimente. La nature pure, un royaume où l'on n'appartient pas." J. Lane




BIO 

Jonathan Lane est né en 1974 à Andover (Royaume Uni). Il a fait ses études en Angleterre à la Chelsea School of Art, et obtenu son diplôme de Beaux Arts à la Brighton School of Art, University of Brighton, en 1998. Il a vécu et peint à Londres, Venise, Barga (Italie), Fès (Maroc), dans les Pyrénées et à Marseille. 
Le travail de Jonathan Lane prend ses racines dans la figuration : des croquis sur le  motif vers la peinture, des esquisses vers le geste primaire de peindre. Partout où il a vécu, Jonathan s'est intéressé aux paysages qui l'environnaient. Cette tendance à explorer le potentiel (d'un lieu) en termes picturaux se double aujourd'hui d'un besoin de rendre son universalité, en étendant et en déformant le réel, pour arriver à en exprimer les valeurs essentielles, la lumière, la structure et l'atmosphère.

> Découvrez l'artiste et ses précédentes expos : jonlane.net