RIAD SOUAFINE

RIAD SOUAFINE
Terrasse

Souafine patio

Souafine patio
Fontaine

mercredi 20 janvier 2021

 

 


 En ces temps de tourisme mondial à l'arrêt ou presque Booking nous décerne cette distinction qui reflète l'excellence des appréciations données par nos clients de la vie d'avant la pandémie.

Cette note correspond à des clients réels qui ont vraiment séjourné au Riad Souafine et qui ont apprécié à la fois le lieu mais surtout la qualité d'accueil d'une authentique Maison d'Hôtes respectant l'esprit de partage et de convivialité.

Les clients réservant par le biais d'un site comme celui de Booking ne sont en fait  qu'une très petite minorité puisque depuis toujours l'essentiel de nos visiteurs réserve directement sur le site officiel de Riad Souafine.

La période actuelle certes compliquée pour voyager ne sera qu'une parenthèse et comme nous l'espérons tous elle devrait se refermer un jour prochain pour vous permettre de retrouver le chemin du Maroc, de Fès et bien sûr de Souafine où nous aurons le plaisir de vous accueillir avec le même enthousiasme et la même volonté de vous offrir les joies de la découverte, de l'échange et d'une bonne table.

 

vendredi 1 janvier 2021

2021 UNE BONNE ANNEE....

 

31 DECEMBRE 2020 / RIAD SOUAFINE

 

Riad Souafine est heureux d'avoir définitivement enterré 2020. En ce premier jour de l'an neuf nous formulons des vœux optimistes pour 2021.

Vous accueillir à nouveau en toute sérénité, partager avec vous nos passions pour cette merveilleuse cité impériale de Fès, vous faire découvrir les beautés de notre région et vous faire apprécier les multiples saveur de la gastronomie fassie. 

Voilà nos modestes vœux qui se réaliseront aussitôt que Mister Corona sera vaincu ou du moins maîtrisé.

Pour la première année depuis l'ouverture de Riad Souafine en 2007, ce 31 décembre s'est chaleureusement déroulé dans l'intimité la plus stricte, sous le régime du couvre-feu. 

Les huîtres et le saumon étaient présents mais sans nos amis de France, du Japon, du Brésil, d'Italie et d'Espagne, d’Allemagne ou de Belgique et de bien d'autres lointaines contrées qui le plus souvent égrenaient ensembles les 12 derniers coups avant minuit.

Dans quelques semaines, au printemps ou dès l'été, nous aurons tous la joie de retrouver une vie sans menace, plus forte que jamais. 

 

mercredi 23 décembre 2020

Maroc: Covid mesures "coup de massue"

 

Riad Souafine 2020

 

A compter de ce mercredi soir le couvre-feu est instauré dans tout le royaume de 21h à 6h du matin.

Les commerces, les cafés et restaurants devront fermer à 20h.

Mesures renforcées dans quatre villes du Maroc: Marrakech, Agadir, Tanger et Casablanca où les cafés et restaurants seront fermés dès ce soir 20h pendant trois semaines.

Les restaurants des hôtels ne pourront servir que les clients séjournant dans l'établissement et le service devra s'arrêter à 20h avec possibilité d'un room service au delà.

Les "snack" ne sont pas concernés par cette mesure, on pourra donc continuer à s'acheter un sandwich ou un "makouda" et manger dans la rue.

 Durant le couvre-feu il n'y aura quasiment pas de dérogation en dehors des urgences médicales. Les employés qui ne pourront pas être rentrés chez eux avant 21h devront dormir sur leur lieu de travail.

En cette période de fin d'année aucune festivité ne sera autorisée pas même chez soi.

Ces dernières mesures prises au débotté sont censées venir renforcer l'état d'urgence sanitaire en vigueur jusqu'au 10 janvier 2021.

Le secteur de la restauration et de l'hôtellerie qui notamment à Marrakech espérait renouer avec un peu d'activité et avait engagé des dépenses importantes pour s'y préparer que ce soit au niveau des équipements sanitaires ou des stocks de produits alimentaires (saumon, foie gras, huîtres commandées etc...) et qui avait réembauché du personnel se retrouve mis devant le fait accompli. De nombreux acteurs ne s'en relèveront pas.

Riad Souafine 2020

 La colère des professionnels de la restauration enfle car ils n'ont pas été concertés avant la prise de décision. 

Les conséquences de cette mesure qui est pour beaucoup incompréhensible seront terribles, elles se traduiront par des licenciements massifs et des faillites en cascade.

Depuis le début de cette pandémie le secteur du tourisme en est la principale victime, la quasi totalité des hôtels et maisons d'hôtes sont à l'arrêt depuis le 13 mars. L'espoir d'une reprise d'activité avant l'automne 2021 s'amenuise. 

Qui veut tuer le tourisme au Maroc ? C'est la question que tout le monde se pose aujourd'hui. 

D'autant plus qu'au niveau épidémique les chiffres officiels montrent depuis 15 jours que la courbe des nouvelles contaminations est à la baisse, que le nombre de décès quotidien suit cette même désescalade.

Riad Souafine 2020
 

C'est le flou total. Soit les chiffres officiels ne sont pas le reflet de la réalité soit c'est une peur panique qui s'est emparée des décideurs.

Les chiffres en tous cas rassurent la population puisqu'elle ne respecte plus aucun geste barrière ! En dehors des commerces qui obligent le port du masque, celui-ci a disparu dans la majorité des lieux publics. Les souks ? Pas de masque. En médina ? Pas de masque. Dans les bus et les taxis ? Pas de masque.

Pour le peuple le Corona c'est chez les autres.

Côté restauration et hôtellerie massacrées par les mesures prises par l’État la seule aide obtenue (financée par un fonds de solidarité) est une indemnité de 2000dhs mensuels versée aux employés et des prêts bancaires qui ne feront qu'étrangler ceux qui les contractent lorsqu'il faudra les rembourser.

Contrairement à la France dont le Maroc s'inspire sans cesse aucune aide, aucune subvention, aucune mesure fiscale sérieuse ne sont prises pour soulager le secteur dont la mort est programmée.

RiadSouafine 2020

   

jeudi 17 décembre 2020

Fès Parking: le stationnement pour les "geeks"

 

Carte de stationnement Fès Parking / Riad Souafine 2020

 Voilà c'est fait ! A partir du 18 décembre 2020, la Société de Développement Local "Fès Parkings" assurera la gestion du stationnement payant dans la ville de Fès.

Jusqu'à présent cette gestion était assurée de manière quelque peu opaque pour les citoyens automobilistes qui devaient s’acquitter d'un paiement de 2dhs fixe auprès d'un "gardien" de parking multi-taches puisqu'il se chargeait de l'aide au stationnement, de la surveillance du véhicule et souvent de son "lavage".

Les conducteurs indélicats qui tentaient de se soustraire au modeste paiement (20 cents d'euros) forfaitaire pour une heure, deux heures et même plus longtemps encore, seront désormais sans échappatoire !

En effet la ville de Fès, millénaire, succombe à la mode "smart city".

Le principe, sur le papier, est enfantin:

1/ Il faut créer un compte sur Internet

2/ Se rendre à l'agence Fès Parkings pour retirer sa carte de stationnement (pour ce faire se munir de la carte grise du véhicule) et prépayer son stationnement

3/ Valider son compte sur Internet puis télécharger l'application "Park'in" sur Play store.

4/ le prépaiement est possible aussi sur Internet par CB.

5/ Les recharges (50dhs minimum) se feront soit en ligne soit à l'agence principale soit chez des distributeurs qu'il reste à identifier.

Une fois ces étapes, laborieuses et capricieuses, effectuées la voie du stationnement vous est ouverte.

A chaque fois que vous garerez votre voiture sur une zone payante signalée par un marquage bleu au sol vous devrez ouvrir l'application sur votre smartphone, vérifier que la géolocalisation du véhicule est correcte et préciser la durée de stationnement envisagée.

A votre retour, avant de quitter le stationnement vous devrez effectuer la démarche inverse pour arrêter le "compteur".

L'engagement pris par Fès Parkings est de ne vous faire payer que le temps de stationnement réel à la seconde près. 

Les contrôles se feront sur le modèle de ce qui existe depuis longtemps en Europe, ce seront des voitures équipées de radars connectés qui circuleront et scanneront les plaques des véhicules garés et le central identifiera immédiatement les contrevenants.

Bien venu dans le monde de demain, sans contact, sans cash mais toujours avec un smartphone.

Le personnel de l'agence de Fès Parkings n'a pu répondre à une question basique: comment vont faire les conducteurs venant d'une autre ville et qui ne connaîtraient pas le système ou les étrangers circulant avec leur voiture ou un véhicule de location ? 

Rares sont les touristes étrangers utilisant leur smartphone en roaming internet ou ceux ayant acheté une carte de téléphone locale.

Beaucoup de ces étrangers ne sont pas des "geeks" compulsifs ou maîtrisent mal les applications.

Il est à peu près certain que  des situations conflictuelles ne manqueront pas de se produire.

Si les sanctions pour défaut de paiement sont des amendes, les loueurs de voitures en seront pour leur frais et si ce sont des mises en fourrières les touristes apprécierons la qualité de l'accueil marocain !

Fès a semble-t-il choisi la fracture numérique comme voie d'avenir. 

En Europe où les pays sont moins développés la solution au paiement des stationnements est le plus souvent celle des "bornes" de paiement: on rentre dans la machine le numéro d'immatriculation, on fixe la durée et on sort la carte de crédit puis on met le ticket de stationnement délivré sur le tableau de bord. Dans la majorité des villes le stationnement est gratuit pour les personnes handicapées et gratuit le dimanche pour tous les usagers.....

Si l'on peut se féliciter de toute avancée technologique qui facilite la vie quotidienne nous pouvons toutefois regretter que ces avancées ajoutent de la misère à la misère pour certains.

Les gardiens de parking utiles et mal aimés parce qu'agressifs si l'on essaient de ne pas payer, font partie de cette frange de population pauvre qui tente de survivre en travaillant, sans mendier. 

A Fès on estime qu'ils sont plusieurs centaines.

Que vont-ils devenir ?

A cette question, l'agence Fès Parkings répond qu'ils ne disparaîtront pas du paysage "puisqu'ils devraient pouvoir continuer à laver les voitures ou aider à la manœuvre ....", comme si les usagers allaient accepter ce coût supplémentaire ! 

Pour en savoir plus: Fès Parkings

 

 A la suite de la publication de ce post une information nous est donnée comme quoi une capsule vidéo devrait prochainement être diffusée et qu'elle donnerait tous les détails pratiques. 

mercredi 16 décembre 2020

Fès: fin d'année 2020 sous haute surveillance

 

Riad Souafine

La période des fêtes de fin d'année approche et tout le monde l'a compris elles ne seront pas si festives que cela.

La deuxième vague de l'épidémie en Europe est loin d'être maîtrisée et les états envisagent (craignent) même une troisième vague après les fêtes. 

La plupart des pays prennent des mesures de plus en plus contraignantes avec des interdictions de toutes sortes.

Malgré tout des voyageurs ont prévu de fuir la sinistrose et la dépression qui les guettent pour s'octroyer quelques jours de parenthèses au Maroc et à Fès fin décembre.

La situation épidémique au Maroc évolue favorablement avec une courbe des nouvelles contaminations en baisse régulière depuis quelques jours.

Au 15 décembre le nombre total de contamination est de    403 619, le nombre total de décès est de 6711 (1.66%). Ramené à la population la mortalité liée à la Covid 19 est de 0.02%.

Ces chiffres bien que rassurants ont néanmoins poussé les autorités du pays à décréter un couvre-feu sur tout le territoire pour le 31 décembre 2020, de 20h à 6h.

Elles ont dans le même temps interdit toute festivité pour le 31 décembre.

Sage précaution !

De toute façon cette année qui a vraiment la tête à s'éclater au milieu de la foule ?

Certes cette mesure d'annulation de la soirée du 31 décembre va pénaliser encore plus les hôtels et restaurants qui proposaient des soirées "spéciales". Cela dit ce ne sont pas les clients d'une soirée qui auraient pu sauver de la faillite les établissements touristiques.

Les rares étrangers qui séjourneront à Fès pourront malgré tout profiter de leur séjour avec un maximum de sérénité et de confort.

C'est d'ailleurs ce qui a poussé l'Association des Riads et Maisons d'Hôtes de Fès à solliciter la Délégation du Tourisme et du Ministère de la Santé de Fès pour faciliter la réalisation des Tests PCR nécessaires pour les étrangers avant leur retour dans leur pays. 

Les autorités concernées ont immédiatement réagi favorablement à la demande de l'association en prévoyant un protocole particulier pour les étrangers.


Conseils aux voyageurs:

La joie du dépaysement, des rencontres et des découvertes ne doit pas modifier le respect des règles de protection.

A Fès, les cafés, restaurants, magasins sont ouverts normalement. 

Dans la médina la quasi totalité des habitants ne portent pas de masque, ne respectent aucune distanciation.

En ville nouvelle le port du masque y est à peine plus fréquent mais l'obligation de le porter dans les magasins y est respectée.

Si ces comportements donnent l'illusion de l'absence du virus il circule vraiment, ici comme ailleurs.

Aussi avant de sortir en balade pensez à vous munir d'un masque, d'un flacon de gel hydro-alcoolique, de ne serrer la main de personne, de rester à bonne distance des gens avec qui vous parlerez.

Si vous prenez vos repas dans un restaurant mangez en terrasse le midi comme le soir et profitez de la pleine lune.

Pleine lune sur la médina de Fès / Riad Souafine 2020



 
 

mardi 8 décembre 2020

Maroc: Liaison maritime Marseille / Tanger

 

Yacht Port de Marseille

 Une toute nouvelle liaison maritime vers le Maroc vient de voir le jour elle relie Marseille.à Tanger deux fois par semaine.

La compagnie La Méridionale est en charge des traversées.

Départ de Marseille le mercredi à 17h et le samedi à 15h.

Durée de voyage: 36 heures

Départ de Tanger le mercredi 17h et le samedi à 22h.

Avec le port Sète ce sont donc deux ports français qui relient le Maroc à la France ce qui est une excellente nouvelle pour les vacanciers du nord de l'Europe qui n'ont plus à traverser toute l'Espagne. 

Bien sûr pour ce qui est des bateaux ce ne sont pas des yachts mais bien des ferries (Fret et passagers)....

 

lundi 30 novembre 2020

Maroc: campagne de vaccination anti Covid

COVID-19 : On avance vers la conception d'un vaccin | santé log
santelog.com

Dès les premiers jours de décembre le Maroc devrait lancer une première campagne de vaccination anti Covid qui ciblerait tout d'abord la région de Casablanca qui demeure la plus touchée.

Comme l'OMS le préconise la liste des personnes prioritaires pour la vaccination comporte les personnels de la santé, les personnes âgées ou à risques, les membres des forces armées, de la police et de la gendarmerie.

L'objectif est d'immuniser en quelques semaines 80% des marocains de plus de 18 ans.

Afin d'être parmi les premiers pays engagés dans la vaccination anti Covid, le Maroc a (modestement) participé aux essais cliniques de phase 3 (qui consistent à tester en grand nombre le vaccin pour en vérifier l'efficacité et la sécurité) d'un des deux vaccins développés par le laboratoire chinois Sinopharm. 

En contrepartie de sa participation le Maroc est assuré de recevoir des millions de doses de ce vaccin et de pouvoir à terme le fabriquer  sur place et le distribuer sur le continent africain.

Selon les informations qui circulent dans la presse le Maroc n'aurait reçu aucune information quant aux résultats de l'étude de phase 3 menée par Sinopharm qui à ce jour n'a toujours  pas rendu public (dans les revues scientifiques reconnues) les données essentielles telles que le niveau de protection et la nature des effets secondaires.

Pour mémoire, le vaccin contre la dengue développé par Sanofi qui  paraissait miraculeux s'est révélé dangereux dès qu'il a été massivement administré notamment aux Philippines.

Prudence donc.

Nous espérons que le Ministère de la Santé marocain dispose de données confidentielles et vérifiées de la part du laboratoire chinois lui permettant de s'engager dans la vaccination de la population avec toutes les garanties de sécurité.

La difficulté pour le Maroc est que n'étant pas un pays riche il n'aura pas les moyens financiers de commander des millions de doses des nouveaux vaccins ARN de Pfizer-BioNtech et de Moderna qui outre leurs tarifs exorbitants nécessitent une logistique et une chaîne du froid inaccessible pour notre pays.

Le vaccin du laboratoire Astra-Zeneca  devrait être commercialisé à prix coûtant (environ 3€) avec une logistique identique à celle du vaccin anti-grippe mais il ne sera pas disponible avant février ou mars 2021.

Quant au vaccin de Sanofi on ne l'attend pas avant juin 2021.

Une récente enquête du média marocain en ligne H24 montre que la majorité des personnes interrogées est fortement réticente à l'idée de se faire vacciner avec un vaccin dont on ne saurait rien.

Nous les comprenons d'autant plus que concernant cette pandémie la Chine n'a guère été transparente lorsqu'elle a recensé les premiers cas du Wuhan à l'automne 2019 et les a cachés au reste du monde avec les conséquences que nous constatons.

Au Maroc depuis quelques jours la propagation de l'épidémie semble marquer le pas voire même régresser comme en témoigne le chiffre du jour de 2533 nouveaux cas contre une moyenne de 4500 la semaine passée.

Quels que soient les chiffres il est certain que le virus circule partout dans le monde et que seule la vaccination nous permettra de faire face et de reprendre une vie quasi normale.

Pour que la vaccination puisse jouer pleinement son rôle d'immunisation des populations il faut qu'elle soit acceptée par au moins 60 à 70 % des gens. Cette adhésion ne pourra se faire que si les populations sont mises en confiance par un accès transparent aux données scientifiques quant aux vaccins proposés.

 

 

jeudi 26 novembre 2020

Les français pourront voyager à l'étranger

 

Le Premier Ministre français Jean Castex l'a annoncé ce matin le programme de mise en liberté "conditionnelle" des citoyens se fera progressivement, par étapes graduées avec des aménagements circonstanciés tenant compte des conditions sanitaires etc...
 
Les français pourront pour les vacances de Noël, se rendre en montagne, rejoindre les stations de ski mais sans pouvoir pratiquer ce sport de plein air qui reste prohibé !
 
Seule bonne nouvelle, le "confinement" sera levé à partir du 15 décembre (carotte) mais cette largesse sera assortie d'un couvre-feu de 21h à 7h (bâton).
 
Jean Castex a aussi précisé que les français pourront voyager en dehors de la France dès le 15 décembre tout en se pliant aux exigences sanitaires requises par le pays de destination.
 
Pour le Maroc ces exigences consistent en un test PCR de 72h, qui est devenu la règle internationale, une réservation d'hébergement et une fiche sanitaire.
 
Les sites des compagnies aériennes assurant les liaisons vers le Maroc ont été pris d'assaut dès la fin de la conférence de presse du Premier Ministre provoquant le blocage des réservations.
 
Ryanair anticipant la levée de la restriction des voyages s'est empressée de multiplier par trois le tarif de base de ses vols.
 
Il n'empêche la perspective de pouvoir fuir la sinistrose française, la neige sans le ski, les fêtes de fin d'année sans les restaurants, les réunions de familles restreintes et l'hiver qui sera bien installé, devraient donner l'envie à certains de s'échapper vers des contrées accueillantes, ensoleillées et où la vie semble malgré tout plus souriante.
 
Le Maroc est la destination la plus à même de combler ces besoins de dépaysement. 
 
Dans les prochains jours le Maroc sera le premier pays de la zone à lancer son programme de vaccination gratuite des populations sensibles avec le vaccin du laboratoire Sinopharm.
 
Fès, l'authentique, sera prête à se laisser découvrir de nouveau, la magie de son labyrinthe de ruelles et des mystères qu'elle inspirent seront accessibles pour les premiers touristes, privilégiés  car peu nombreux sûrement.
 
Région d'Ifrane / Riad Souafine 2020
 
Les premières chutes de neige sont tombées aujourd'hui dans le Moyen Atlas sur Azrou et Ifrane, ce qui devrait plaire aux inconditionnels d'un Noël blanc.
 
Les conditions d'hébergements dans les Riads et Maisons d'Hôtes de la médina seront cette année particulières. 
 
Un grand nombre d'établissement n'ouvrira pas, d'autres ont fait le choix de réduire drastiquement leur capacité d'accueil pour offrir des conditions de séjour optimales.
 
Certains ont fait le choix de ne pas être réservables sur les OTAs tels que Booking, Expedia ou AirBnb et de n'être disponibles qu'aux réservations en direct.
 
Notre conseil est de contacter directement, sans attendre la dernière minute, votre établissement préféré pour réserver.
 

samedi 21 novembre 2020

Fès Maroc, les retrouvailles

 

 

Coucher de soleil sur la médina / Riad Souafine 2020

Retrouver Fès après huit mois de séparation provoque un vrai choc culturel.

Corona plane toujours mais ici la menace paraît moins réelle.

Le Maroc n'est pas épargné et à cause du laisser faire pour l'Aïd el Kebir fin juillet, des arrivées de MRE en vacances, la seconde vague de l'épidémie se fait galopante avec en moyenne 5000 nouveaux cas journaliers et 70 décès.

Par rapport à la population du pays ces chiffres sont en deçà de ceux de la France, le nombre de décès est somme toute assez faible malgré un système de santé bénéficiant de peu de moyens.

Le constat des scientifiques est   que l'Afrique semble mieux résister à ce virus que le reste du monde.

Climat, population jeune, système immunitaire mieux armé, vie en extérieur, densité plus faible, les explications sont nombreuses mais aucune n'est certifiée.

Ce qui est certain c'est qu'à l'heure où l'Europe se confine de nouveau, où les restrictions de liberté se multiplient, où les commerces sont fermés, où les bars et restaurants vont disparaître du paysage pour cause de fermeture  qui s'éternise, ici la vie quotidienne a repris son cours presque normal.

Un peu trop. Le port du masque est devenu en pratique "accessoire", le terme de distanciation n'a visiblement pas de traduction en arabe.

Les colonnes de distribution de gel trônent à l'entrée des commerces ou des restaurants mais elles sont le plus souvent vides.

Par contre les enseignes de la grande distribution rivalisent d'ingéniosité en multipliant les mesures sanitaires, gel, masque obligatoire, tunnel de désinfection pour les chariots chez certains, tout est fait pour chasser le vilain Corona.

Et qu'en est-il de la médina ? 

Seuls 10% des habitants portent le masque, pas toujours comme il le faudrait, de nombreuses échoppes sont fermées car les propriétaires sont malades, les souks sont  ouverts ainsi que les cafés et restaurants.

Au niveau économique les répercussions de cette crise sont elles bien visibles dans la médina. Vivant essentiellement du tourisme et de l'artisanat, aujourd'hui à l'arrêt pour le premier et agonisant pour le second, la médina et ses habitants souffrent plus qu'ailleurs. 

La pauvreté se répand bien plus vite que l'épidémie.

Heureusement grâce au Fonds de Solidarité qui attribue une indemnité mensuelle aux personnels déclarés des Riads, Maisons d'Hôtes et Hôtels officiellement classés, quelques familles arrivent à survivre.

Nombreux sont les étrangers, amoureux du Maroc ou impatients de le découvrir, qui se demandent s'il est possible et raisonnable de venir visiter Fès.

 

Aéroport Fès Saiss 16 novembre 2020 / Riad Souafine

Ce qui est certain c'est que les liaisons aériennes reprennent, outre la RAM et Air Arabia, Ryanair a ouvert des fréquences à destination des principales villes du Maroc, dont Fès depuis la France.

Pour arriver au Maroc il est à ce jour nécessaire de présenter un test PCR négatif datant de 72h maximum avant l'arrivée, il faut aussi remplir une fiche sanitaire (disponible en ligne sur le site de votre compagnie) ainsi qu'une réservation d'hébergement effectuée auprès d'un établissement officiellement classé.

Il demeure une restriction de déplacement entre les régions selon les zones.

Il est donc difficile de programmer un circuit.

Visiter Fès en ce moment est presque idéal ! La médina respire sans les flux incessants de touristes à selfies qui envahissaient les ruelles et que l'on ne reverra pas avant longtemps. la gentillesse et la disponibilité de la population retrouvent leur naturel.

Bien sûr il faut se munir de son flacon de gel et porter un masque comme partout ailleurs.

Le climat est très agréable comme toujours en cette saison et au moins jusqu'en janvier, cela permet de faire des pauses détentes en terrasse pour siroter son verre de thé à la menthe et se régaler de cornes de gazelles.

 

Street art Médina Fès / Riad Souafine 2020

 

Pour celles et ceux qui connaissent la médina ce sera l'occasion de découvrir les talents cachés des habitants qui pour tromper l'ennui du confinement du printemps se sont jetés sur pinceaux et peintures et ont pris d'assaut les murs de leurs maisons. Souvent naïves ces fresques témoignent de l'énergie vitale des gens.

 

Riad Souafine 2020

Riad Souafine 2020

Riad Souafine 2020

 

 

mercredi 9 septembre 2020

Maroc: la reprise du tourisme ? Rien n'est moins sûr.

 

                    "Fôret" Jon LANE / Riad Souafine 2020


L'état d'urgence sanitaire qui devait s'achever le 10 septembre est officiellement prolongé jusqu'au 10 octobre. Le nombre de cas de contamination quotidienne au Covid 19 est exponentiel, entre 1300 et jusqu'à 2000 nouveaux cas par jour.

Les mesures de restrictions sont renforcées dans de nombreuses villes comme à Casablanca qui se retrouve totalement isolée et soumise à un couvre-feu draconien.

A la surprise générale une annonce du ministre des Affaires Etrangères semble ouvrir timidement l'accès au Maroc des étrangers (n'ayant pas besoin de visa) dès le 6 septembre et sous certaines conditions.

Un vent d'espoir a caressé les professionnels du tourisme mais il est retombé comme un soufflé sorti trop tôt du four car il ne s'agit pas d'une ouverture des frontières.

Les frontières terrestres et maritimes restent fermées et seuls les vols spéciaux mis en place cet été pour que les Marocains Résidents à l'Etranger (MRE) puissent venir passer quelques jours de vacances en famille sont autorisés à assurer les liaisons aériennes. Les vols commerciaux classiques sont toujours interdits !

Faut-il sauver les soldats Royal Air Maroc et Air Arabia à tout prix ? 

Ces compagnies qui avaient le quasi monopole des transferts cet été se retrouvent désormais avec des avions quasi vides depuis que les MRE ont repris le chemin de l'Europe.

Outre l'obligation de passer par ces compagnies pour se rendre au Maroc, les étrangers, que nous ne pouvons qualifier de "touristes" puisque le motif du voyage doit être "amical" ou "familial" devront présenter un test Covid PCR négatif de moins de 72H et surtout présenter une réservation d'hôtel confirmée car c'est bien connu quand on visite la famille ou les amis on descend dans un hôtel !

Cette dernière condition aura pour conséquence de générer de fausses réservations en ligne auprès des rares établissements encore ouverts.

Quant à ceux qui voudraient faire du tourisme au Maroc parions qu'étant donné les conditions locales ils ne seront pas nombreux.

Les restrictions de déplacement entre les huit plus grandes villes du Maroc sont maintenues, la capitale économique Casablanca est totalement fermée avec interdiction d'y entrer ou d'en sortir et soumise à un stricte couvre-feu. Des restrictions variées selon les villes ou régions limitent les ouvertures des cafés et restaurants.

La plupart des plages restent fermées et pour celles qui étaient ouvertes cet été comme dans la région d'Agadir leur accès est désormais interdit.

Depuis hier la magnifique région de Dakhla, appréciée des windsurfers ou des amoureux d'espaces sauvages désertiques, est interdite aux voyageurs.

Qui peut imaginer un touriste qui viendrait à Fès mais ne pourrait visiter Meknès ni même se rendre à Ifrane ou Azrou ?

Soyons un peu sérieux.

Si le Maroc avait ouvert ses frontières cela n'aurait guère modifié le profil de l'épidémie en tous cas bien moins que la célébration de l'Aïd el Adah qui a été le vrai accélérateur de la propagation du virus au Maroc. 

Il n'y aurait pas un afflux massif de touristes étrangers (ils ne sont pas fous) mais le signal aurait été perçu positivement et aurait été le moteur d'un redémarrage des réservations ou de programmation de la destination Maroc pour les prochains mois (octobre à décembre).

Nous ne sommes plus dans un système "on / off" où il suffirait de dire aux touristes "la porte est ouverte" pour qu'ils débarquent aussitôt et en masse !

Chaque mois de retard ce sont trois à quatre mois de perdus pour la relance !



vendredi 21 août 2020

1442 (2020): ANNUS HORRIBILIS

Résultat d’images pour 1442

 Bonne et heureuse année 1442.....

Souhait sincère mais si le cœur y est la réalité du monde limite les espérances de bonheur et de santé...

Que cette année puisse au moins rendre à la solidarité, la compassion et l'entraide leurs sens et valeurs oubliés.

Que l'intelligence et la raison dominent les fake news !

Au Maroc la situation Covid de maîtrisée est devenue incontrôlable.

Ce que beaucoup de marocains craignaient, le maintien de la fête de l'Aïd et les débordements qui se sont produits ont eu pour résultat une explosion du nombre de nouveaux cas de Covid (de 1000 à près de 2000 nouvelles contaminations quotidienne) et une hausse des décès passant de 1 à 2 à plus de 30 chaque jour.

Les hôpitaux commencent à être saturés.

En juin la décision de déconfiner le pays a laisser croire aux marocains que l'épidémie s'était envolée malgré l'évidence d'une réelle progression du virus dans toutes les couches de la population.

Depuis le gouvernement ne cesse de prendre des mesures et des contre-mesures donnant l'impression d'une précipitation permanente sans cohérence et au vu des résultats contre productive.

Exemple: en moins d'une semaine les laboratoires privés qui avaient obtenu la possibilité de réaliser des tests se sont vus retirés cette autorisation puis l'ont retrouvé subitement sans que l'on comprenne bien le pourquoi de ces allers retours.

L'épidémie est désormais partout sur le territoire et touche même les zones les plus reculées telle celle de Figuig qui vient de découvrir ses premiers cas.

Les chiffres officiels communiqués chaque soir ne sont que le reflet de la partie émergée des contaminations. En effet la majorité des gens qui souffrent des symptômes du Covid font tout pour ne pas se faire tester par peur d'être hospitalisés. Ils préfèrent croire à un mauvais "rhume" qui va passer, version light de la maladie,... ce qui est généralement le cas.

Le risque d'un nouveau confinement stricte plane sur le pays mais peut-il se le permettre ? Economiquement la réponse est non. La récession actuelle estimée à -5,8% pourrait atteindre des sommets et il faudrait des décennies pour remonter la pente. Les finances de l'état sollicitées pour aider les plus sinistrés ne pourraient faire face à une paupérisation généralisée.

Pour l'Etat (pour tous les Etats d'ailleurs) il est donc temps de prendre du recul, de faire une pause et d'analyser la situation sans passion ni peur.

La réalité est que le virus contamine massivement la population bien au delà des chiffres officiels.

Les hôpitaux publics sont saturés dans certaines régions car ils ne sont ni dimensionnés ni équipés pour faire face à toute épidémie mais les cliniques privées qui pullulent constituent un réservoir de lits mobilisables.

Le nombre de décès COVID (775 au 20 août) demeure très marginal dans les causes de mortalités au Maroc et cette année il a été largement compensé par la diminution des tués de la route (près de 4000 décès annuel) grâce au confinement et aux restrictions des déplacements.

Le pourcentage de décès Covid par rapport aux cas déclarés est de 1,5 % donc probablement  moins  compte tenu du nombre de cas non dépistés.

Au vu de ce que l'on constate en Europe depuis quelques temps, le virus circule de plus en plus mais il est de moins en moins virulent vu le peu d'augmentation de malades nécessitant une réanimation.

L'on recense à ce jour 167 candidats vaccins dont certains entrent en phase III (essais sur l'homme ) tels le candidat vaccin russe ou  celui du laboratoire chinois Sinopharm avec lequel le Maroc vient de signer un accord pour participer à l'essai de phase III sur 40000 volontaires en contre partie de la possibilité de le fabriquer au Maroc  s'il confirme son efficacité et sa non dangerosité pour l'homme.

Comme pour tous les nouveaux vaccins la prudence et le recul sont essentiels pour éviter la déception que l'on a connu avec le vaccin contre la dengue qui s'est avéré dangereux sur l'homme.

Ce qui semble certain c'est que ce virus ne va pas disparaître avant longtemps et même s'il perd en virulence il restera actif et dangereux pour les personnes à risque.

L'utilité du port du masque est avérée mais là encore un peu de modération serait bienvenue et surtout il faut investir dans l'éducation sanitaire. Des mesures trop contraignantes n'entraînent que le rejet. 

En l'état de nos connaissance du moment il est clair que le port du masque dans les lieux clos est indispensable ainsi qu'en extérieur dans tous les lieux où se concentrent les foules surtout si elles sont statiques (queues dans les souks, devant les magasins, attroupements festifs...) de même que lors des réunions familiales. 

Un autre constat mérite d'être fait sans se voiler la face.

Les marocains ne sont pas des chinois et ce qui a marché en Chine comme l'enfermement de population entière n'est pas réalisable dans notre pays et on le constate tous les jours. Le combat contre la circulation du virus est perdu il est donc plus qu'urgent de gagner celui de l'éducation sanitaire, faire comprendre aux gens que les personnes âgées, les personnes souffrant de pathologies chroniques comme le diabète ou des infections pulmonaires doivent être protégées par les mesures de précautions (masque, distance, désinfection...), de même tous contact prolongé avec une personne extérieure au cercle familial doit se faire avec le port du masque.

En ce premier jour de l'an 1442 que la foi soit l'alliée de la raison pour que demain la sérénité nous permettent de vivre des jours meilleurs. 


vendredi 31 juillet 2020

EID MOUBARAK ....... Célébration à hauts risques


EQBI / Riad Souafine
EQBI peintre / coll. Riad Souafine


Cette année la fête de l'Aïd se sera préparée et se déroulera dans des conditions particulières.
Compte tenu du contexte de nombreux marocains auraient préféré qu'elle soit annulée cette année comme le Roi Hassan II l'avait décrété à trois reprises (1963,1981 et 1995).

Malgré les mesures et interdictions prises par le gouvernement concernant notamment les déplacements (8 villes théoriquement fermées) et la tenue des souks de moutons, en pratique les débordements ont été nombreux comme ont peut le voir sur la vidéo ci dessous: 



Alors que hier ont a relevé un pic de nouvelles contaminations jamais atteint depuis le début de l'épidémie (+ 1046 en 24 heures) qui attestent du non respect des gestes barrières et des consignes sanitaires, il faudra donc s'attendre à une explosion de nouveaux cas dans les jours qui viennent. 

Ce qui fait craindre à beaucoup que dès la fête de l'Aïd passée des mesures draconiennes soient instaurées aggravant encore plus la crise économique actuelle.