RIAD SOUAFINE

RIAD SOUAFINE

vendredi 26 novembre 2010

METRO QUITTE LE MAROC, CARREFOUR ARRIVE


Voilà c'est officiel, après des semaines de rumeurs, l'annonce du départ de METRO, l'hypermarché des professionnels, est annoncée pour le 1er décembre.
La société Label Vie, marocaine, rachète la totalité des 8 magasins Métro implantés au Maroc et qui passeront sous l'enseigne de son partenaire Français: CARREFOUR .

L'implantation au Maroc de la grande distribution est assez récente et la couverture des principales villes du Royaume s'est faite sur les 8 dernières années avec une accélération depuis 2 ans.
Le premier groupe Français a avoir vraiment déffriché le terrain c'était Auchan qui s'est retiré il y a 2 ans.

A Fès l'offre en grande et moyenne surface devient pléthorique compte tenu de la population et de son pouvoir d'achat.
Actuellement nous avons 3 hypermarchés, 2 Marjane et 1 Metro qui devient donc Carrefour ainsi que 3 supermarchés, 2 Acima et 1 Label Vie qui a ouvert ce mois-ci.
En construction avec une ouverture prévue en 2011 un centre commercial Carrefour avec entre autre le premier Virgin de Fès!

La disparition de l'enseigne Metro va pénaliser les professionnels surtout restaurateurs et hôteliers que ce soit au niveau des matériels d'équipement mai aussi pour tous les produits de bouche et d'hygiène. Un autre secteur d'activité va devoir se réorganiser, c'est celui des petits épiciers pour qui Metro était leur fournisseur principal.

40 ans après la France, le Maroc va connaître les mêmes bouleversements que la Grande Distribution entraîne quand elle se développe.

Certes il est souhaitable qu'un pays puisse accéder à une meilleure qualité de vie et bénéficier d'un accès plus facile à la consommation moderne pour ses habitants mais le Maroc n'est pas la France et par exemple en Médina que deviendrait la population si demain il n'y avait plus aucun épicier dans les quartiers alors que la majorité des gens n'a aucun moyen de locomotion et n'a pas les moyens de remplir un caddie ?

Nous n'avons aucune explication officielle quant aux raisons de Metro d'abandonner son activité.
Peut-être que ce modèle de distribution spécialisée était encore trop pionnièr pour trouver sa rentabilité économique mais c'est au moment ou la demande des hôtels et restaurants explose que Metro s'arrête... Dommage !

mardi 16 novembre 2010

LA BABOUCHE ENFIN CERTIFIEE

L'artisanat de Fès est l'un des plus réputé au Maroc et ce quelque soit la spécialité.
Le Maroc s'est engagé depuis quelques années dans la recherche d'une amélioration de la qualité de ses productions artisanales.
C'est ainsi que pour la première fois à Fès 23 ateliers de fabrication de babouches ont reçu leur certification. Celle-ci comporte de nombreux critères à respecter allant de la qualité des matériaux utilisés, des techniques de réalisations mais aussi de la non utilisation de produits chimiques nuisibles à la santé et à la protection de l'environnement.
Dans le même temps deux dépôts de marques ont été enregistrés à l'OMPIC:
la "Babouche Ziwani" et la "Babouche Marocaine".

Les artisans babouchiers de la Médina de Fès espèrent que cet engagement qualitatif les aidera à lutter contre l'invasion de la babouche "chinoise" vendue à bas prix dans les souks et qui n'est qu'une mauvaise imitation "plastique" à usage "unique" de la véritable babouche Marocaine.

Comment reconnaître une babouche de qualité ?

Sans être expert quelques critères de base pourront vous aider:

* le cuir doit être souple et teint dans la masse
* la semelle doit être en cuir et se plier sans laisser de marbrures
* l'ensemble doit être cousu et pas seulement collé
* le dessus de la semelle doit être légèrement rembourré
* l'intérieur de la semelle doit être en cuir

Enfin le prix moyen d'une bonne paire de babouche est d'environ 120/150dhs (11/14€) pour les hommes et de 80/100dhs (7/9€) pour les femmes.
Les babouches de "luxe" sont le plus souvent réalisées sur commande et sur mesure dans ce cas les prix peuvent atteindre 500 ou 600dhs (45/55€)

lundi 15 novembre 2010

Préparatifs de l'Aïd El Kebir

Ces derniers jours l'animation de la Médina tourne autour des préparatifs de l'Aïd El Kébir.
Ziat comme tous les quartiers de la Médina a vu s'installer les vendeurs de paille et d'avoine et nous assistons à l'arrivée des premiers moutons, il y en aura plusieurs milliers qui d'ici à mercredi entreront dans l'enceinte de la cité, au moins un par maison.
Déjà sur de nombreuses terrasses l'on peut voir et surtout entendre leur présence.

Tout commence en fait dans les grands souks dédiés à ce marché occasionnel, regard acéré de l'acheteur, palpation de la bête et vives discussions avec le vendeur quant au prix même si au final la marge de manœuvre est quasi inexistante. Un beau mouton vivant se négocie autour de 1800dhs (160€) et une chèvre pour 1000dhs (90€). Mais plus l'on s'approche de la date de la fête plus les prix montent !!!
Même les grandes surfaces comme Marjane ou Metro ont leur stand "mouton".
Après l'achat il faut négocier le moyen de transport....., petits "Honda", triporteurs, transports collectifs.

Pour les étrangers résidents au Maroc l'Aïd El Kébir implique d'être prévoyant car la vie quotidienne va être fortement perturbée. C'est d'abord une grande fête religieuse et bon nombre de Marocains prennent des congés en cette période. Au premier rang les artisans et commerçants de la Médina. Ensuite au niveau alimentaire la plupart des magasins seront fermés. Pour cause de mouton, les bouchers, volaillers et poissonniers baisseront leur rideau au moins pendant 5 à 6 jours, même les supermarchés n'approvisionneront pas leurs rayons faute de consommateurs.
Les restaurants seront aussi fermés au moins 3 jours.... et serviront ensuite des produits congelés ou végétariens. Il en va de même pour les riads....

Et à Souafine ?

En fait nous avons préféré ne pas recevoir pendant cette période ce qui permet à toute l'équipe de profiter de cette fête en famille.

Pour les touristes qui seront à Fès cette semaine ils pourront malgré tout ressentir cette ambiance très particulière et ce sera aussi une expérience déroutante qui ne laissera personne indifférent.

samedi 6 novembre 2010

FES RIADS ILLEGAUX.... FERMETURES !

L'offre en hébergement touristique dans la Médina de Fès est variée, quelques hôtels et pensions, des logements chez l'habitant, 30 maisons familiales, et essentiellement des Riads et des Maisons d'Hôtes classés (54 en 2010) qui se sont développés ces dernières années.

La loi Marocaine encadre strictement l'accueil et l"hébergement touristique dans un souci de qualité et surtout de sécurité. Respect des normes, de l' hygiène et du niveau des prestations ainsi que des systèmes de sécurité incendie et des assurances Responsabilité Professionnelle.
Toutes ces mesures et règles visent à garantir aux touristes séjournant à Fès, des hébergements de qualité selon les niveaux et catégories de classement.

Les hébergements clandestins et Riads illégaux se sont multipliés en même temps que l'attrait pour la Médina de Fès de la part de nombreux touristes. Ces établissements recrutent leurs clients sur internet et sont malheureusement référencés par des portails de réservations qui refusent dans la majorité des cas de vérifier la légalité des établissements qu'ils proposent à la réservation.

Les Riads illégaux, outre leur non conformité (locaux, assurance, hygiène, confort...) échappent à tous les impôts, taxes et ne se conforment pas à la réglementation sociale (employés non déclarés, salaires inférieurs aux minima,....) ce qui leur permet de proposer des tarifs nettement plus bas que les établissements respectueux du droit.
Les propriétaires de ces Riads se font régler soit directement à l'étranger, soit par Paypal ou bien sur place en espèces (euros ou dollars).

Les autorités Marocaines ont donc décidé de mettre un terme à ces pratiques de fraudes et de concurrences déloyales.
Elles ont procédé à une série de mises en demeures de régularisation en décembre 2009 et mai 2010. Une vingtaine de maisons a positivement réagi et a pu se mettre en conformité.

Les autres, bien plus nombreux ont préféré continuer leur activité illégale.

Devant cette attitude les autorités et les acteurs concernés (ministère du Tourisme, Association professionnelle, Impôts, police...) ont décidé de procéder à la fermeture de ces établissements illégaux afin de mettre un terme à ces pratiques. Les premières fermetures devraient intervenir dès le mois de décembre et se poursuivre début 2011.

Pourquoi donner cette information ?

Pour que ceux qui souhaitent venir à Fès aient une vision plus éclairée et soient aidés dans leur choix d'hébergement.
Le différentiel de coût entre les Riads officiels classés et les illégaux à été estimé par les professionnels à plus de 30%.
En cas de litige entre le client et un hébergement illégal ou en cas d'accident, le client n'a aucun recours.
Risque de subir un contrôle de police avec évacuation des lieux

Comment repérer les "illégaux" ?

Contact, numéro de téléphone non Marocain.
Pas de plaque ou de nom du Riad sur la rue.
Pas de fiche de police remplie à l'arrivée.
Un nombre de chambre inférieur à 5
Paiement en espèces (mais les cartes de crédit ne sont pas toujours acceptées même dans les établissements officiels)
Préférence pour un paiement en devise étrangère.
Pas de délivrance de facture comportant les numéros de RC, patente...

Contrairement aux sites internet, la plupart des principaux guides (livres) vérifient que les établissements qu'ils recommandent sont officiels.

Le site du Centre Régional du Tourisme de Fès donne la liste des établissements classés: www.ville2fes.com