RIAD SOUAFINE

RIAD SOUAFINE

jeudi 28 octobre 2010

MAI 2011 LES "NOBEL DE LA PAIX" A FES

Du 1er au 3 mai 2011, le Maroc accueillera à Fès et pour la première fois la conférence des Prix Nobel de la Paix. Le thème de cette conférence: "Penser le développement social et humain de demain".
On attend plusieurs prix Nobel (enfin ceux qui ne sont pas au fond d'une prison) ainsi que 300 personnalités du monde politique, économique et scientifiques.

RIAD SOUAFINE PRIME PAR TRIP ADVISOR

Le site d'avis de voyageurs, Trip Advisor, vient de décerner à Riad Souafine le Certificat d'Excellence 2010.
Merci à tous nos clients car ce sont vos avis qui ont justifiés cette distinction.
Que ce soit au Riad ou à l'annexe Jnane, notre désir est que chacun trouve une harmonie tout au long de son séjour et ressente l'atmosphère chaleureuse des lieux.

mercredi 27 octobre 2010

Fès, Arts Culinaires, programme et tarifs

Une dernière (?) modification du programme du festival des Arts Culinaires (29 au 31/10/10) vient de nous parvenir ainsi que les tarifs des différentes manifestations.

29, 30 et 31 octobre : les traditions culinaires de fête dans les trois religions monothéistes

29 octobre : forfait jour 300dhs
Dar Tazi à 15H00
Ouverture du festival
Accueil des participants, discours officiels
Dar Tazi à 16H00
Inauguration des expositions
Les expositions sont une mise en bouche visuelle et auditive du festival puisqu’on y découvrira en musique l’environnement de la gastronomie. Ustensiles anciens et modernes feront entrer dans le monde des préparatifs tandis que porcelaines et cristaux tout comme l’orfèvrerie seront mis en valeur par des nappes anciennes et modernes.
Dar Tazi à 17 H00
Lancement des premiers ateliers : 50dhs

- Atelier 1 : les petits gâteaux de Noël, présentation de recettes et astuces de pâtissier (Mme Inge Anex-Hegenscheidt) (1er partie)

- Atelier 2 : les délices de Moulay Idriss : les pâtisseries du ramadan : Briwats fourrées d’amandes en croustillant de feuilles de Pastilla et trompées au miel des épices ; cornes de gazelle (Le chef Mohamed Souedek et Fouzia Rahmani, Palais Jamaï)

- Atelier 3: les enfants pâtissiers avec leurs grands-mères (Atelier réservé à des petits orphelins qui recevraient un set utilitaire – petits moules, emporte-pièces, cahier de recettes) pour pouvoir refaire ce qu’ils ont appris.


Hôtel les Mérinides à 20H30 : 250dhs
Dîner - Plats traditionnels musulmans -


30 octobre: forfait jour 600dhs

Dar Tazi - 09H30 100dhs
- Atelier 1 : plats « obligés » : le foie gras dans tous ses états (Marie-Thérèse Stach et Danielle Cabanis
- Atelier 2 : le fromage entre must et rite menacé (Mme Manuelle Sena)
- Atelier 3 : chocolat et confiseries de fête

Dar Tazi - 11H00
Conférence – table-ronde :
Fraudes et fêtes ou la protection des consommateurs (André Cabanis, Professeur à UT1 Capitole)
Fêtes religieuses et patriotiques : le cas des USA (Sylvie Davidson, professeur à Dickinson College, Pennsylvanie USA)

Palais Jamai – 13H00 : 200dhs
Déjeuner Chrétien - Buffet autour de gourmandises des temps de fête :

Entrées : terrines aux deux saumons, papillotes de Saint Jacques en julienne, brochettes de crevettes, légumes grillés à l'italienne
Plats de résistances : filet de bœuf en croûte, filets de poulets farcis avec des champignons avec jardinières de légumes et salades multicolores.
Fromages de Suisse, France, Italie et Allemagne.
Desserts : bûches de Noël, crêpes, cascades de fruits frais



Dar Tazi - 15H00
Ateliers et dégustations
- Atelier 1: les petits gâteaux de Noël, présentation de recettes et astuces de pâtissier (Mme Inge Anex-Hegenscheidt) : 2éme partie
- Atelier 2 : plat marocain du 13ème siècle : Poulet judaba : avec suprême de poulet de ferme (en grain dit également beldi), mijoté à l’eau de fleure à l’eau de fleure de rose du Dadès, à la senteur de gingembre, poivre et cheveux d’anges du Taliouine, le tout cuit au charbon de bois avec l’effiloché de Tride
(Le chef Mohamed Souedek et Fouzia Rahmani, Palais Jamaï)
- Atelier 3 : Dresser une table, rites de présentation, pliage de forme des serviettes (Marie-Thérèse Stach)

Dar Tazi - 17H00
Conférences
Les repas de fête dans la peinture (Guy de Toulza Ecole des Beaux Arts)
Musiciens et gastronomie festive (Marc Laborde, Directeur du CRDP)
Les fêtes vues par les écrivains (Georges Mailhos, ancien Président de Toulouse Le Mirail)
Repas de fêtes et partage (Danielle Cabanis, Professeur à UT1 Capitole, directrice du festival)

19H45 - Concert par les solistes de l’orchestre Passions – Salle de la Préfecture de Fès Médina.

Palais Jamai - 20H45 : 400dhs
Dîner de gala avec accommodement musical arabo-andalous:
- Plat chrétien : entrées : Foie gras et carpaccio de poisson, plat principal dinde farcie, desserts : Tiramisu, glace au miel, crumble, mignardises douces
- Plat musulman : épaule d’agneau de lait : dorée, cuite soigneusement au filament de safran du Sud de Maroc, à l’huile d’olives vierge et beurre frais et aux épices des indes).
Comme garniture des tomates confites au miel et grains de sésame.
- Plat juif : boulettes de merlan servies avec sauce à la coriandre et poivrons rouges accompagnées de pâtes fraîches « Intriya »)


31 octobre: forfait jour 300dhs

Dar Tazi - 10 H00: 50dhs
- Atelier 1 : animé de façon collégiale par les dames de la communauté juive de Fès. Thème : Boulettes de merlan servies avec une sauce au coriandre et poivron rouge, accompagnées de pâtes fraîches « Intriya »
- Atelier conférence 1 : Fêtes religieuses et déco : sapins, bougeoirs, boules, chandeliers Madame Anex-Hegenscheidt, Madame Marie-Thérèse Stach
- Atelier conférence 2 : Fruits et légumes en fête (Mme Sylviane Brettes)

Dar Tazi - 11H30 heures - Conférence – table-ronde :
Dieu aime-t-il la fête ou les religions face à la fête (Sylvie Davidson, Arnaud de Laportalière, diacre à Casablanca, Monsieur Sebbagh, rabbin juif)

13h30 - Buffet préparé et offert par la communauté juive marocaine : 250dhs

Buffet varié : spécialités familiales et variées : Hors d’œuvres traditionnels, la Dafina et autres plats
Pâtisseries et confiseries.


Clôture du festival et annonce du festival 2011 : Date et thème

Billets en vente à Objectif Maroc, 9 rue de Turquie, Fès.

mardi 26 octobre 2010

L'Italie ouvre une maison de la culture à Fès

La France pionnière possède à Fès un Institut culturel, l'établissement principal est situé dans la ville nouvelle avec une antenne dans la Médina, Dar Batha.
L'Espagne est aussi présente à Fès avec le dynamique Instituto Cervantes, situé en ville nouvelle en face de l'école française.
L'Europe complète son implantation avec l'ouverture prochaine, dans la Médina (quartier Zerbtana) de sa maison de la culture baptisée "Kassr Annoujoum" le Palais des Etoiles qui sera le premier siège en dehors de l'Italie de la Fondation Ducci.
Sa mission sera de promouvoir "la culture et la Paix".

L'animation de Fès devrait donc s'enrichir en quantité et espérons le surtout en qualité. Tout ce qui contribue à faire découvrir et partager les différentes cultures ne peut que bénéficier à l'harmonie entre les peuples.

vendredi 22 octobre 2010

ARTS CULINAIRES .... LE PROGRAMME !!!!!

Comme promis voici enfin le programme du Festival des Arts culinaires de Fès.
La trame symbolique retenue pour cette édition 2011 est "cuisine et religion monothéistes".... avec comme ateliers entre autre: le foie gras, le poulet "judaba" ou encore les boulettes de merlan à la juive.......

Festival de l’Art culinaire de Fès 2010

29, 30 et 31 octobre : les traditions culinaires de fête dans les trois religions monothéistes



29 octobre

15H00 - Ouverture du festival Musée Batha de Fès

Accueil des participants

- Mot du Président de la Fondation Esprit de Fès

- Mot de la Directrice du Festival

- Mot du Wali de la région de Fès-Boulemane

- Mot du Ministre du Tourisme

- Mot du Maire de la Ville de Fès

- Mot du Président de l’ONMT



16H00 - Inauguration des expositions à Dar Tazi

Expositions

- Tables de fête - nappages (traditionnel marocain, européen et asiatique)
- vaisselle marocaine, italienne, portugaise, française et allemande

- verrerie et orfèvrerie française et tchèque

- nappage, vaisselle et accessoires de fêtes juives.


- Livres de cuisine : éditions de tout le pourtour méditerranéen autour des repas et desserts de fêtes.

- Ustensiles de cuisine : plats et matériel traditionnels (moules, pièces anciennes et contemporaines)

- Diaporama en musique autour des fêtes : préparé par Danielle Cabanis et Marc Laborde, Directeur du CRDP de Toulouse, photos de Sébastien Anex, photographe et journaliste, rédacteur à 20 min.Suisse, dans une mise en scène de photos grand format



16H00 - Lancement des premiers ateliers au Musée Batha

- Atelier 1 : les petits gâteaux de Noël, présentation de recettes et astuces de pâtissier (Mme Inge Anex-Hegenscheidt) : pains d’épices, sablés, milanais

- Atelier 2 : les délices de Moulay Idriss : les pâtisseries du ramadan : Briwats fourrées d’amandes en croustillant de feuilles de Pastilla et trompées au miel des épices ; Mhancha : gâteau traditionnel à la pate d’amandes et à l’eau de fleure du bigaradier, roulée soigneusement en feuille de pastilla et décorée au miel et à la cannelle ; Chabakia au miel et graines de sésame ; Selou ou Sfouf (décoré d’amandes, sucre glacé et cannelle) (Le chef Mohamed Souedek et Fouzia Rahmani, Palais Jamaï)

- Atelier 3: les enfants pâtissiers avec leurs grands-mères (Madame Mailhos, Madame Dounot, Madame Stach, Madame Cabanis) : milanais, sablés . Les enfants recevront un set utilitaire – petits moules, emporte-pièces, cahier de recettes) pour pouvoir refaire ce qu’ils ont appris.


18H30 - Projection du film Ratatouille (Manifestation pour les enfants) – Complexe Al Houriya


20H00 - Dîner - Plats traditionnels musulmans - Hôtel les Mérinides


30 octobre


9H30 - Musée Batha

- Atelier 1 : plats « obligés » : le foie gras dans tous ses états (Marie-Thérèse Stach et Danielle Cabanis

- Atelier 2 : le fromage entre must et rite menacé (Mme Manuelle Sena)

- Atelier 3 : chocolat et confiseries de fête



11H00 - Musée Batha

Conférence – table-ronde :

Fraudes et fêtes ou la protection des consommateurs (André Cabanis, Professeur à UT1 Capitole)

Fêtes religieuses et patriotiques : le cas des USA (Sylvie Davidson, professeur à Dickinson College, Pennsylvanie USA)



13H00 - Déjeuner - Buffet autour de gourmandises des temps de fête :

Entrées : terrines aux deux saumons, papillotes de Saint Jacques en julienne, brochettes de crevettes, légumes grillés à l'italienne

Plats de résistances : filet de bœuf en croûte, filets de poulets farcis avec des champignons avec jardinières de légumes et salades multicolores.

Fromages de Suisse, France, Italie et Allemagne.

Desserts : bûches de Noël, crêpes, cascades de fruits frais



15H00 - Ateliers et dégustations - Musée Batha

- Atelier 1: les petits gâteaux de Noël, présentation de recettes et astuces de pâtissier (Mme Inge Anex-Hegenscheidt) : cuisson des étoiles de Noël et des pains d’anis, confection de la confiture de Noël

- Atelier 2 : plat marocain du 13ème siècle : Poulet judaba : Plat issu du patrimoine culinaire marocain du 13ème siècle, avec suprême de poulet de ferme (en grain dit également beldi), mijoté à l’eau de fleure à l’eau de fleure de rose du Dadès, à la senteur de gingembre, poivre et cheveux d’anges du Taliouine, le tout cuit au charbon de bois avec l’effiloché de Tride

(Le chef Mohamed Souedek et Fouzia Rahmani, Palais Jamaï)

- Atelier 3 : Dresser une table, rites de présentation, pliage de forme des serviettes (Marie-Thérèse Stach)



17H00 - Conférences - Musée Batha

Les repas de fête dans la peinture (Guy de Toulza Ecole des Beaux Arts)

Musiciens et gastronomie festive (Marc Laborde, Directeur du CRDP)

Les fêtes vues par les écrivains (Georges Mailhos, ancien Président de Toulouse Le Mirail)

Repas de fêtes et partage (Danielle Cabanis, Professeur à UT1 Capitole, directrice du festival)


19H45 - Concert par les solistes de l’orchestre Passions – Palais Jamai


20H45 - Palais Jamai : Dîner de gala avec accommodement musical arabo-andalous:

- Plat musulman : épaule d’agneau de lait : dorée, cuite soigneusement au filament de safran du Sud de Maroc, à l’huile d’olives vierge et beurre frais et aux épices des indes).

Comme garniture des tomates confites au miel et grains de sésame.

- Plat juif : boulettes de merlan servies avec sauce à la coriandre et poivrons rouges accompagnées de pâtes fraîches « Intriya »)

- Plat chrétien : entrées : Foie gras et carpaccio de poisson, plat principal dinde farcie, desserts : Tiramisu, glace au miel, crumble, mignardises douces



31 octobre


08 H30 – 09H30 - Visite du souk des marchands de fruits et légumes et de leurs présentations

10 H00 Musée Batha

- Atelier 1 : animé de façon collégiale par les dames de la communauté juive de Fès. Thème : Boulettes de merlan servies avec une sauce au coriandre et poivron rouge, accompagnées de pâtes fraîches « Intriya »

- Atelier conférence 1 : Fêtes religieuses et déco : sapins, bougeoirs, boules, chandeliers Madame Anex-Hegenscheidt, Madame Marie-Thérèse Stac

- Atelier conférence 2 : Fruits et légumes en fête (Mme Sylviane Brettes)

11H30 heures - Conférence – table-ronde :

Dieu aime-t-il la fête ou les religions face à la fête (Sylvie Davidson, Arnaud de Laportalière, diacre à Casablanca, Monsieur Sebbagh, rabbin juif)


13h30 - Buffet préparé et offert par la communauté juive marocaine : Buffet varié : spécialités familiales et variées : Hors d’œuvres traditionnels, la Dafina et autres plats

Pâtisseries et confiseries.


Clôture du festival et annonce du festival 2011 : Date et thème

mercredi 20 octobre 2010

Arts Culinaires ... le retour

Le Festival des Arts Culinaires ne serait plus reporté et se déroulerait normalement le dernier weekend d'Octobre. Encore aucune information disponible quant au programme des manifestations prévues.
Si l'on en croit les clients de Souafine, chaque dîner pris au Riad est un Festival gastronomique tout au long de l'année. C'est un peu notre manière de célébrer au quotidien la richesse et l'extraordinaire finesse de la table Fassie.

mercredi 13 octobre 2010

RYANAIR MARSEILLE-FES

Depuis quelques semaines la presse française se fait l'écho d'un prochain départ de la base Marseille de Ryanair suite au risque encouru d'une condamnation pour travail dissimulé.

Aujourd'hui la compagnie irlandaise annonce lors d'une conférence de presse son probable retrait de Marseille pour un transfert en janvier prochain de son unique base française vers l'Espagne ou l'Italie.

Cela devrait entraîner la fermeture d'un grand nombre de lignes desservies depuis Marseille, dont les dessertes de Marrakech, Tanger et Nador pour ce qui concerne le Maroc.
La liaison avec Fès devrait être maintenue.

Compte tenu du nombre de passagers transportés depuis Marseille, près d'1,5 millions en 2009, le contrecoup économique pour la ville sera sans doute important.

En tant que passagers potentiels nous cherchons tous à voyager au moindre coût et les compagnies low cost sont une aubaine pour nous mais l'envers du décor ce sont souvent des prestations au rabais ou des conditions de travail pas forcement exemplaires. Ce dilemme se rencontre dans d'autres secteurs comme le textile ou l'hôtellerie par exemple.

DU TANGO A FES !!!

Un groupe d'amateurs de tango s'est constitué à Fès.
Dans le but de faire connaître et promouvoir cet univers inscrit par l'UNESCO en 2009 au Patrimoine culturel mondial, le groupe organise des stages de danse tout au long de l'année.

Pour en savoir plus: http://sites.tangaero.com/maroc


Sur Facebook vous pouvez rejoindre la communauté: « Tango in Morocco »

mercredi 6 octobre 2010

FES ART CULINAIRE REPORT

Le Festival des Arts Culinaire qui devait se tenir fin octobre à Fès a été reporté à 2011................. Décision prise lors du conseil d'administration de la Fondation Esprit de Fès du 30 septembre 2010 !

Pourquoi donner cette information ? Tout simplement pour présenter nos excuses à nos clients qui auraient réservé leur séjour entre autre pour cette occasion.
Notre chef Hassan devait d'ailleurs participer au concours gastronomique qui devait se tenir pendant ce Festival.

Annulation, modification de programme ou report de dates de Festival sont fréquents au Maroc et les évènements que nous annonçons le sont toujours au conditionnel.
Heureusement que la Médina de Fès reste de loin l'attrait principal des séjours de nos clients.

Pour mémoire le Festival de Jazz qui débute cette fin de semaine ne semble pas être annulé et en voici un rappel du programme avec en point d'orgue la prestation très attendue de Hindi Zahra....

" Vendredi 8 à 17h30 de la Médina à Bab Al Makina : : Spectacle déambulatoire en roller Jazz-funk festif Roller Brass Band, puis à 18h30 à Bab Al Makina : Concert de Amar Sundy Sextet Blues-fusion et rythmes touaregs
- Samedi 9 de 11h à 13h à l’Instit Français - Batha : Projection-Conférence. Film Didier Lockwood et musiciens marocains fassis et africains Autour du Violon avec débat, puis à 14h30 dans la médina : Spectacle déambulatoire en Roller Brass Band Jazz-funk festif sur roller, de la Médina au Musée Batha, puis à 18h30 à Bab Al Makina : Concert Post Image Sextet Jazz-électro-rock
- Dimanche 10 de 11h à 13h à l’IFF Batha : Projection-Conférence : Assikel Voyage de Bali à Baly par Tania Mouracadé et Steve Shehan, avec débat, puis à 14h30 de la médina au musée Batha : Spectacle déambulatoire en roller Roller Brass Band Quartet Jazz-funk-festif, puis à 18h00 à Bab Al Makina Concert Sextet Jazz-folk Berbère par Hindi Zhara "

samedi 2 octobre 2010

LE MAROC A UN NOUVEAU CODE DE LA ROUTE

Depuis ce 1er octobre le nouveau code de la route entre en vigueur au Maroc après des années de discussions et de reports.
Il ne reste plus qu'à espérer qu'il permette enfin un changement de comportement général tant de la part des automobilistes que de celle des autorités.


Fiche Nouveau Code de la Route



Octobre 2010





Le code de la route s’inscrit dans le cadre de la Stratégie du Gouvernement en matière de sécurité routière. Il constitue un cadre juridique de référence visant la réforme et la modernisation des dispositions réglementaires pour lutter contre le fléau des accidents de la circulation.



Ce chantier de réforme a pour objectif de clarifier les droits et les devoirs des usagers de la route et la promotion d’une culture qui prône l’usage sûr et responsable de l’espace routier.



Le Code de la Route est un code qui traduit la volonté collective de l’ensemble des acteurs concernés et des composantes de la société civile d’assurer les conditions favorables pour préserver la vie des citoyens lors de l’usage de la voie publique.

Il est également une initiative nationale dont la finalité est d’ancrer les valeurs de civisme, de citoyenneté, de cohabitation et de paix sociale et ce, dans un cadre législatif moderne garantissant le droit des individus et de la communauté à la vie et à la sécurité des déplacements.



Les principales dispositions du nouveau code de la route s’articulent autour des éléments suivants :

* Permis de conduire à points ;
* Amendes Transactionnelles et Forfaitaires (ATF);
* Mise à niveau du contrôle routier ;
* Prévention de la corruption et droits des citoyens ;
* Alcool au volant ;
* Responsabilités et peines privatives de liberté en cas d’accidents ;
* Conduite professionnelle ;
* Mise à niveau du contrôle technique des véhicules ;
* Mise à niveau de l’enseignement de la conduite.

Permis de conduire à points

Le permis à points est un nouveau dispositif pédagogique en matière de sécurité routière. Il consiste à attribuer à chaque permis de conduire un capital de points susceptibles d’être réduit si le titulaire du permis commet une infraction sanctionnée par le retrait de points.



Parallèlement, le code de la route a instauré un système souple pour la récupération des points perdus, si le titulaire du permis de conduire observe certaines règles.



C’est un dispositif préventif qui incite chaque conducteur à adopter des comportements conformes aux exigences de la sécurité routière et à se conformer aux règles fondamentales de la circulation. Il offre également aux conducteurs la possibilité d’améliorer leur comportement en suivant des sessions d’éducation à la sécurité routière.



Chaque permis de conduire dispose d’un capital de vingt (20) points pendant la période probatoire de deux (2) ans, et de trente (30) points quand il devient définitif.



Le retrait de points n’est pas opéré par les agents de contrôle, mais par l’administration en charge des transports qui débite le compte de chaque conducteur sur la base :

* De la décision judiciaire définitive prononcée par le tribunal ;
* Du document attestant le règlement à l’amiable de l’infraction par le paiement du montant de l’ATF.

De même, l’administration en charge des transports crédite le solde du permis de conduire selon les modalités ci-après :



* De 4 points si le conducteur suit une session d’éducation à la sécurité routière ;
* De 4 points si le conducteur ne commet pas d’infraction sanctionnée par le retrait de points pendant une année ;



Si le conducteur a un solde de moins de 8 points et ne commet pas d’infraction sanctionnée de retrait de points pendant 2 ans, son solde est relevé à 12 points ;



Le conducteur récupère la totalité de son solde (30 points) s’il ne commet pas d’infraction sanctionnée de retrait de points pendant 3 ans.



Les sessions d’éducation à la sécurité routière sont dispensées par des établissements agréés à ce titre sur la base d’un cahier des charges établi à cet effet.



Il est à signaler que la mise en œuvre du système de permis à points sera opérée au niveau de la base de données de l’administration en charge des transports, quelque soit la nature du support du permis de conduire (papier ou carte à puce électronique).

Les Contraventions :



Classement des infractions par degré de gravité




Points à retirer

* le non-respect, par un conducteur d’un véhicule, de l’arrêt imposé par un panneau de STOP ou par un feu rouge de signalisation.
* Le dépassement de la vitesse de plus de 30 à moins de 50 Km/h, au dessus de la vitesse autorisée.
* Circulation en sens interdit de la circulation.
* Dépassement non réglementaire.




04 points

* Circulation de véhicule sur la voie publique, de nuit sans éclairage, hors agglomération.
* Conduite d’un véhicule sans certificat du contrôle technique.
* Circulation sur une bande d’arrêt d’urgence ou arrêt injustifié sur une autoroute.
* Arrêt ou stationnement de véhicule, de nuit ou dans un lieu avec visibilité insuffisante, sans éclairage ni signalisation, sur une chaussée dépourvue d’éclairage public.



03 points

* Le non respect du droit de priorité.
* Le dépassement de la vitesse de plus de 20 à 30 Km/h, au dessus de la vitesse autorisée.
* Conduite d’un motocycle, d’un tricycle ou quadricycle à moteur, non carrossé, sans port d’un casque homologué



02 points

* Non respect de l’obligation du port de la ceinture de sécurité.
* Embarquement d’un enfant de moins de dix ans d’âge dans les sièges avant du véhicule



01 point





Les Délits



Classement des infractions par degré de gravité




Points à retirer

* Homicide involontaire avec circonstances aggravantes, suite à un accident de circulation (si l’annulation du permis de conduire n’est pas prononcée).



14 points

* Blessures involontaires, entraînant une infirmité permanente, avec circonstances aggravantes, suite à un accident de circulation (si l’annulation du permis de conduire n’est pas prononcée).



10 points

* Homicide involontaire sans circonstances aggravantes, suite à un accident de circulation.
* Blessures involontaires, consécutives à un accident de la circulation, avec circonstances aggravantes.
* Conduite d’un véhicule sous l’empire d’un état alcoolique ou sous l’effet des substances stupéfiantes.
* Le fait de ne pas s’arrêter, après avoir causé ou occasionné un accident de la circulation et de tenter ainsi d’échapper à la responsabilité, en prenant la fuite ou en modifiant l’état des lieux ou par tout autre moyen.
* Le dépassement de la vitesse de 50 Km/h ou plus, au dessus de la vitesse maximale autorisée.



06 points

* Blessures involontaires, entraînant une infirmité permanente, sans circonstances aggravantes, suite à un accident de circulation.
* Conduite d’un véhicule, dont la conduite nécessite l’obtention d’un permis de conduire, malgré une suspension administrative ou judiciaire du permis de conduire.
* Conduite d’un véhicule, dont la conduite nécessite l’obtention d’un permis de conduire, pendant la durée de la rétention du permis de conduire.
* Le fait de ne pas déposer un permis de conduire suspendu.
* L’emprunt d’une autoroute ou d’une voie expresse à contre courant de la circulation.
* le dépassement du poids total en charge autorisé au passage d’un ouvrage de franchissement.



04 points

* Blessures involontaires, consécutives à un accident de la circulation, sans circonstances aggravantes.
* La marche arrière ou le demi-tour sur une autoroute ou une route expresse en traversant la bande centrale séparative des chaussées.



03 points

* Conduite d’un véhicule sous l’effet des substances médicamenteuses contre-indiquées pour la conduite d’un véhicule.
* Conducteur, sommé de s’arrêter, a refusé de s’exécuter ou de se soumettre aux vérifications prescrites ou ne respecte pas l’ordre d’immobilisation du véhicule ou refuse de conduire ou de faire conduire son véhicule en fourrière ou refuse d’obtempérer aux injonctions légales qui lui sont faites.
* La conduite à titre professionnel sans disposer de la carte du conducteur professionnel.



02 points



Amendes Transactionnelles et Forfaitaires (ATF)

Les ATF s’appliquent aux contraventions pouvant faire l’objet d’une transaction par le paiement d’une amende transactionnelle et forfaitaire dont le montant est fixé en fonction de la gravité de l’infraction.

Le paiement de l’ATF atteste du règlement amiable de l’infraction et donne lieu à l’abandon de l’action du ministère public.

Les ATF sont réparties en trois classes fixées comme suit :

1. Les infractions de première classe : 700 dh ;
2. Les infractions de deuxième classe : 500 dh ;
3. Les infractions de troisième classe : 300 dh.



Le paiement des ATF peut être effectué immédiatement entre les mains de l’agent verbalisateur ou dans un délai de 15 jours à compter de la date de constatation de la contravention ou de réception de la notification de l’avis de contravention en cas de constatation automatisée.



Afin de faciliter la procédure de paiement, le Code de la Route a instauré la possibilité de paiement en espèces, par chèque ou par tout autre moyen fixé par l’administration et dans les différents lieux prévus à cet effet.



Dans le cas où le contrevenant ne s’acquitte pas immédiatement de l’amende, l’agent verbalisateur conserve son permis de conduire ou la carte grise moyennant un récépissé lui donnant droit à la conduite pendant un délai de 15 jours.



L’agent verbalisateur conserve le permis de conduire quand l’infraction est liée au comportement du conducteur. Il conserve la carte grise quand il s’agit d’une infraction en rapport avec le véhicule ou ce qu’il transporte.



Le contrevenant est en mesure de récupérer son permis de conduire ou sa carte grise dans sa ville de résidence s’il s’acquitte de l’amende dans le délai précité.



Parmi les nouvelles garanties du Code de la Route, le conducteur en infraction a le droit de contester la contravention en déposant une plainte justifiée, en vue de défendre ses droits et éviter tout abus de pouvoir des agents verbalisateurs.



Le nouveau système des ATF permet également d’éviter le recours aux longues procédures judiciaires pour le recouvrement des amendes et l’envoi aux tribunaux de plus de 1,5 millions de PV annuellement.

Le Code de la route a adopté une vision progressive qui tient compte des différences entre les infractions de la vitesse en fonction de leur gravité comme suit:

* Le dépassement de la vitesse autorisée de 10% dans la limite de 7 km/h ne constitue pas une infraction ;
* Le dépassement de la vitesse autorisée de moins de 20 km/h (contravention de 3ème classe) ;
* Le dépassement de la vitesse autorisée entre 20 km/h et moins de 30 km/h (contravention de 2ème classe) ;
* Le dépassement de la vitesse entre 30 km/h et moins de 50 km/h (contravention de 1ère classe) ;
* Le dépassement de la vitesse autorisée de 50 km/h et plus devient un délit et non pas une contravention et passible d’une amende judiciaire.



Contraventions la première classe sanctionnées par une ATF de 700 DH :

* Le dépassement de vitesse de 30 à moins de 50 Km/h au-dessus de la vitesse maximale autorisée, pour tous les conducteurs ;

* La circulation, sur la voie publique, d’un véhicule hors agglomération la nuit, sans éclairage;

* Le stationnement en infraction aux textes en vigueur, de nuit, sans lumière en dehors d’une agglomération;

* Le non-respect de l’arrêt imposé par un panneau de STOP ou par un feu rouge de signalisation;

* Le stationnement dangereux d’un véhicule, lorsque la visibilité est insuffisante, à proximité d’un virage ou d’un sommet de côte, sur un pont, dans un tunnel, stationnement masquant la signalisation ou stationnement à moins de 10 mètres d’une intersection de routes ;

* Le franchissement d’une ligne continue ;

* L’arrêt d’un véhicule sur ou sous les ponts, dans les tunnels et passages souterrains ou sur un passage supérieur, sauf en cas de force majeure ;

* Le dépassement défectueux;

* L’arrêt ou le stationnement d’un véhicule au niveau ou à proximité d’un passage à niveau ;

* La circulation en sens interdit ;

* Le défaut de freins réglementaires des véhicules, ensembles de véhicules, véhicules articulés, trains routiers doubles ou remorques

* L’absence de dispositifs d’éclairage ;

* Le transport exceptionnel sans autorisation ou non respect des conditions spéciales fixées par l’autorisation de transport exceptionnel ;

* L’accès à l’autoroute par des véhicules effectuant le transport exceptionnel, sans autorisation motivée, accordée par l’administration gestionnaire de l’autoroute concernée ou, en cas de concession, par le concessionnaire ;

* Le dépassement du poids total en charge autorisé, inscrit sur le certificat d’immatriculation, de 30% à 40%, pour tout véhicule, ensemble de véhicule, véhicule articulé ou train routier double. L’amende est appliquée par tonne transportée en excès et toute fraction de tonne supérieure à 500 kg est considérée comme une tonne ;

* La profondeur de sculpture sur la bande de roulement inférieure au seuil fixé par l’administration ou des déchirures ou coupures laissant apparaître la toile sur les flancs ou la bande de roulement ;

* L’absence de dispositif de la ceinture de sécurité ;

* La défectuosité des organes de direction ;

* La défectuosité du système de suspension

* L’absence des précautions nécessaires pour éviter l’écoulement d’huiles ou des eaux huileuses ou de produits qui causent le dérapage ou l’éparpillement du gravier ou du sable ou tout ou partie du chargement du véhicule ;

* L’accès à l’autoroute par des piétons, des personnes à dos de montures ou par des animaux ;

* Le surnombre de voyageurs autorisé en cas de transport collectif de personnes. L’amende est appliquée par personne en surnombre ;

* Le transport de personnes sur le toit des véhicules. L’amende est appliquée par personne transportée ;

* Le transport non réglementé de voyageurs debout. L’amende est appliquée par personne transportée ;

* Absence de contrôle technique ;

* Le véhicule s’engageant sur un passage à niveau non muni de barrières sans s’assurer qu’aucun train n’est visible ou annoncé ;

* Le véhicule ne dégageant pas immédiatement la voie ferrée à l’approche d’un train ;

* L’accès et la sortie des autoroutes par tout endroit non destiné à cette manœuvre

* L’arrêt pour le ramassage et le dépôt des voyageurs sur les autoroutes et leurs bretelles de raccordement ;

* L’exercice, sur les autoroutes et leurs bretelles de raccordement , par des personnes non agréées par le gestionnaire de l’autoroute ou en cas de concession par le concessionnaire de l’autoroute dans les conditions fixées par voie réglementaire, du dépannage et du remorquage des véhicules en panne ou accidentés



Contraventions de la deuxième classe sanctionnées par une ATF de 500 DH :



* Le dépassement de vitesse de 20 à moins de 30 Km/h au-dessus de la vitesse maximale autorisée, pour tous les conducteurs ;

* Le non-respect du droit de la priorité;

* Le non respect des mentions de restriction sur le permis de conduire;

* La tenue en main d’appareil téléphonique pendant la conduite d’un véhicule ou tout autre appareil susceptible de réduire l’attention ou le mouvement ;

* Le non respect de la priorité accordée, en vertu de la présente loi et des textes pris pour son application, aux véhicules de service de gendarmerie, de police, de protection civile ou d’ambulance faisant usage de leurs avertisseurs spéciaux ;

* L’accès à l’autoroute par un véhicule à propulsion mécanique, non capable d’atteindre en palier une vitesse de 60 kilomètres par heure ;

* L’accès à l’autoroute par un véhicule à traction non mécanique ;

* L’accès à l’autoroute par des cycles, des tricycles, des quadricycles, des cyclomoteurs et de motocycles, tricycles à moteur et quadricycles à moteur dont la cylindrée est inférieure à 125 cm3 ;

* Les leçons de conduite des véhicules et les essais de véhicules ou de châssis, sur autoroute ou sur ses bretelles de raccordement ;

* L’arrêt et le stationnement sur les chaussées d’une autoroute ou sur la bande d’arrêt d’urgence ou sur les bretelles de raccordement d’une autoroute, sauf en cas de nécessité absolue ;

* Le fait de pénétrer ou de séjourner sur la bande centrale séparative des chaussées d’une autoroute;

* La circulation sur les bandes d’arrêt d’urgence d’une autoroute ;

* Les réparations importantes des véhicules sur les bandes d’arrêt d’urgence d’une autoroute et le fait de ne pas faire évacuer de l’autoroute un véhicule nécessitant des réparations importantes ;

* Le conducteur empruntant une bretelle de raccordement ne respectant pas la priorité des usagers circulant sur l’autoroute ;

* L’absence de présignalisation de tout ou partie d’un chargement de véhicule tombé sur la chaussée sans pouvoir être immédiatement enlevé ;

* Le chargement non signalisé dépassant la largeur ou la longueur hors tout du véhicule ;

* Le chargement masquant les feux d’éclairage ou de signalisation y compris les feux « stop », les indicateurs de direction, les signaux du véhicule, ou les numéros d’immatriculation du véhicule ;

* Le chargement disposé de manière à nuire à la visibilité du conducteur ou qui peut compromettre la stabilité ou la conduite du véhicule ;

* Le non respect des limites de poids autorisées par essieu. L’amende est appliquée par tonne transportée en surcharge. Toute fraction de tonne est considérée comme une tonne ;

* Largeur, longueur ou hauteur du véhicule, toutes saillies, dépassant les limites autorisées ;

* Le non fonctionnement du «chronotachygraphe», du dispositif de limitation de vitesse, du ralentisseur ou du système de freinage dit (ABS) ;

* L’absence de deux feux de position avant du véhicule automobile, ensemble de véhicules, véhicule agricole à moteur, appareils agricoles, forestiers ou engin de travaux publics ;

* La remorque arrière d’un ensemble de véhicules ne reproduisant pas le numéro d’immatriculation du véhicule tracteur ;

* Le dispositif d’attelage de la remorque défectueux ;

* l’utilisation d’attaches de fortune pour tout remorquage ;

* Le véhicule dépanneur remorquant plus d’un véhicule, traînant ou transportant des objets autres que ceux nécessaires pour le remorquage des véhicules ;

* Le dépassement du poids total en charge autorisé, inscrit sur le certificat d’immatriculation, de 10% à moins de 30%, pour tout véhicule, ensemble de véhicule, véhicule articulé ou train double.

* L’amende est appliquée par tonne transportée en excès et toute fraction de tonne supérieure à 500 kg est considérée comme une tonne ;

* Le véhicule automobile de transport en commun de personnes non équipé de glaces de sécurité (issues de secours) ou d’une boite des premiers secours ;

* Les issues de secours non signalées par des inscriptions permanentes et ineffaçables ;

* L’absence d’indication sur véhicule de transport en commun à l’extérieur, du nom et du domicile du transporteur, de la catégorie du véhicule, des classes qu’il comporte, du numéro d’autorisation d’effectuer un service public de transport en commun et de l’indication relative à l’itinéraire suivi ;

* Le véhicule de transport en commun de personnes non muni d’extincteurs fonctionnels, tels que prévus par les textes pris pour l’application de la présente loi ;

* Le véhicule affecté au transport de marchandises dont le poids total en charge autorisé dépasse 3500 kilogrammes non muni d’extincteurs fonctionnels, tels que prévus par les textes pris pour l’application de la présente loi ;

* Le conducteur de véhicule affecté aux transports en commun de personnes, n’interdisant pas l’accès de son véhicule à toute personne porteuse d’arme visible telle que définie par l’article 303 du code pénal sauf au cas où cette personne porte ladite arme dans le cadre de son activité professionnelle ou pour une raison légitime ;

* Le transport d’enfants de moins de 10 ans dans les sièges avant des véhicules automobiles ;

* Les conducteurs ne respectant pas la priorité donnée aux piétons.





Contraventions de la troisième classe sanctionnées par une ATF de 300 DH :

Toutes les autres infractions au code de la route autres que celles définies dans la première et la deuxième classe.

Exemple 1 : le dépassement de la vitesse autorisée de moins de 20 km/h.

Exemple 2 : le stationnement non réglementaire. 2



La Mise à niveau du contrôle routier



Le contrôle routier pour la constatation des infractions est assuré par les officiers et les agents de la police judiciaire, de la gendarmerie royale, de la sûreté nationale et les contrôleurs routiers relevant du Ministère de l’Équipement et des Transports. Il a pour mission le contrôle de la circulation des véhicules sur la voie publique, la constatation des infractions, l’établissement des PV, le recouvrement des amendes transactionnelles et forfaitaires et la prise des mesures réglementaires nécessaires envers les usagers de la route en infraction au code de la route.



Le code de la route prescrit aux officiers et agents chargés du contrôle routier de porter un badge, sur lequel sont inscrits leurs noms et prénoms, leurs fonctions et leurs photos. Il impose également une signalisation avancée des points de contrôle de jour comme de nuit, sur route ou autoroute où l’interception des véhicules ne peut être effectuée qu’au niveau des stations de péage et des points de sortie.



Les nouveaux moyens utilisés pour la constatation des infractions recourent aux nouvelles technologies permettant l’automatisation des opérations de contrôle et la production de preuves matérielles des infractions. Il s’agit notamment des :

ü Radars fixes de contrôle de la vitesse ou de franchissement de feux rouges;

ü Radars mobiles avec système de traçabilité et production de la preuve matérielle de l’infraction ;

ü Alcootests ou éthylotests pour le contrôle de la conduite sous l’effet de l’alcool ;

ü Stations fixes de pesage automatique de la surcharge des véhicules de transport de marchandises.



Le Code de la Route donne ainsi davantage de crédibilité à la constatation objective des infractions en réduisant le pouvoir discrétionnaire des agents de contrôle et en réglementant d’une manière précise les procédures de contrôle et de constatation des infractions.

Par ailleurs, le Code de la Route définit d’une manière détaillée les procédures de constatation et de verbalisation des infractions en codifiant et en normalisant ces procédures afin de les rendre précises et homogènes.

Mesures d’accompagnement :

Ø Mise en service des 155 radars fixes déjà installés

Ø Déploiement à court terme de 1000 radars fixes en milieu urbain et en rase campagne ;

Ø La généralisation des stations fixes de contrôle de la surcharge des véhicules de transport de marchandises ;

Ø La mise en œuvre de plans de formation au profit des agents relevant des administrations en charge de la mise en œuvre du Code de la Route.



Prévention de la corruption et droit des citoyens

3

Le Code de la Route a prévu des dispositions légales visant la prévention de la corruption et l’amélioration des droits des citoyens. Il s’agit notamment des dispositions suivantes :

v Prescription aux officiers et agents chargés du contrôle routier de porter un badge, sur lequel sont inscrits leurs noms et prénoms, leurs fonctions et leurs photos ;

v Obligation de la signalisation avancée des points de contrôle de jour comme de nuit, sur route ou autoroute, pour proscrire certains comportements des brigades de contrôle qui cherchent à surprendre les automobilistes en infraction ;

v Interdiction aux agents de contrôle d’intercepter les véhicules sur autoroute hors stations de péage et points de sortie ;

v Institution du droit de contestation de l’infraction ;

v Conservation du droit de conduire ou d’utiliser le véhicule pendant les 15 jours qui suivent la date de rétention du permis de conduire ou de la carte grise en cas d’infraction sanctionnée par une ATF;

v Instauration d’un seuil de tolérance de 10% n’excédant pas 7km/h pour les infractions liées à la vitesse ;

v Instauration d’un seuil de tolérance de 10% pour les infractions liées à la surcharge ;

v L’instauration d’enquêtes administratives et techniques pour définir précisément les responsabilités avant de procéder au jugement ;

v Obligation de l’instruction judiciaire dans le même objectif avant de procéder au jugement ;

v Le droit d’accès aux rapports d’enquête administrative et technique en cas d’accidents mortels ;

v L’obligation de l’expertise médicale contradictoire en cas d’accident de la circulation entraînant des blessures ;

v Le recours aux appareils automatiques de constatation supprimant l’intervention humaine ainsi que le recours aux outils de mesures objectives pour la constatation des infractions chaque fois que c’est possible.



La corruption est un problème sociétal complexe qui nécessite une prise de conscience collective du coût et des impacts, notamment pour l’économie, ainsi que l’adhésion et la mobilisation du citoyen afin de lutter efficacement contre.



Responsabilités et peines privatives de liberté en cas d’accidents



Les sanctions privatives de liberté constituent un axe très sensible dont la finalité est de réprimer les conducteurs qui enfreignent délibérément les règles de la circulation et commettent des accidents extrêmement graves.



A l’exception des ATF dont le niveau a été réajusté en fonction de la gravité de l’infraction, les sanctions privatives de liberté sont identiques à celles actuellement en vigueur.



Le Code de la Route prévoit encore des garanties pour les conducteurs en cas d’accident avec tués et/ou blessés à travers la stipulation claire de « l’établissement de la responsabilité » (articles 167, 169 et 172).



Dans ces cas, le Code a prévu des procédures claires à cette fin.

En cas d’accident mortel, le code a instauré les garanties suivantes :

* Le recours systématique à une enquête administrative et technique pour déterminer les circonstances et les causes de l’accident : inspection du lieu de l’accident, de l’état mécanique des véhicules impliqués, de l’infrastructure du point de vue signalisation et équipements de sécurité, ainsi que les informations concernant les conditions météorologiques au moment de l’accident. Le rapport de l’enquête est adressé aux autorités administratives compétentes, au parquet et au tribunal compétent, pour le prendre en considération lors de la détermination des responsabilités des partis impliquées dans l’accident. Une copie de ce rapport est remise, à la demande, aux parties concernées ou à leurs représentants ainsi qu’à l’organisation professionnelle ou syndicale à laquelle elles appartiennent dans le cas de conducteurs professionnels.

* L’obligation de déclencher l’instruction judiciaire dans tous les accidents mortels dans le même objectif.

En cas d’accidents avec blessures, le code de la route prévoit le recours obligatoire à une expertise médicale contradictoire en cas de présentation par la victime d’un certificat médical attestant d’une infirmité permanente ou d’une incapacité de travail supérieure à 21 jours.





Conduite professionnelle

6

Le Concept de conducteur professionnel a été introduit en vue de reconnaître le statut professionnel des conducteurs des moyens de transport public de personnes et de marchandises, de préserver leurs droits et de valoriser leur métier.

Ce nouveau concept est également de nature à contribuer efficacement à la mise à niveau du secteur du transport routier et améliorer les conditions d’exercice de la profession, ainsi que la sécurité et la qualité des services offerts.

Le code interdit ainsi formellement la conduite des véhicules de transport public par tout conducteur non titulaire de « sa carte de conducteur professionnel », en cours de validité.

En outre, le code institue les temps de « conduite » et de « repos » que devront respecter les conducteurs et les entreprises qui les emploient, garantissant ainsi la préservation de la vigilance du chauffeur et renforçant la sécurité de circulation du véhicule.

Il a également mis en place de nouvelles conditions d’accès à la profession de conducteur professionnel, en instaurant l’obligation aux candidats à l’obtention du permis de conduire de camions et autocars (catégorie « C » et « D »), d’être titulaire d’un permis de catégorie « B » depuis 2 ans au moins.

La Carte Professionnelle donne au chauffeur le droit de conduire d’une façon professionnelle les moyens de transports suivants :

* Les véhicules de transport de marchandises pour le compte d’autrui ou pour compte propre, dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est égale ou supérieur à 3500 kg ;

* Les véhicules de transport public de voyageurs et touristique ;

* Les véhicules de transport du personnel et de transport scolaire ;

* Les taxis de première et deuxième catégories ;

* Les autobus de transport urbain.

La Carte professionnelle est délivrée aux conducteurs titulaires des permis de conduire de la catégorie considérée et ayant suivi une formation de qualification initiale dispensée dans des établissements dûment agréés à cet effet.

La durée de validité est de 5 ans renouvelable sous condition de justification de suivi de la formation continue mise en place à cet effet durant la 5ème année.

Ces formations sont axées sur la réactualisation et la vérification des connaissances du chauffeur concernant les textes législatifs et organisationnels régissant la circulation routière, la législation du travail ainsi que les règles de bon usage du véhicule, de bonnes attitudes à adopter face aux situations dangereuses et d’utilisation des dispositifs de sécurité lors du chargement, déchargement et fixation de la marchandise.



Mesures d’accompagnement :

Le Code prévoit un dispositif d’intégration des conducteurs professionnels en exercice actuellement. Ces conducteurs sont dispensés de la formation initiale qualifiante.et recevront leurs cartes sur demande et justification d’exercice de la profession. Le premier renouvellement de la carte sera assujetti au suivi d’une session gratuite de formation continue durant le délai qui sera fixé par l’administration et qui n’excèdera pas cinq ans.

vendredi 1 octobre 2010

FES SUR FRANCE 3 LE 8 OCTOBRE

Des racines & des ailes

Le goût du Maroc

De Fès à Casablanca

Mercredi 6 octobre

à 20h35 (heure française)

France 3

Ecrit et réalisé par

Frédéric Wilner



une production Eclectic Production

au sommaire :




Fès – Casablanca : les deux premières villes du Maroc incarnent deux visages opposés du pays ; et c’est dans cette dualité que se trouve aujourd’hui la vraie identité du royaume. Fès, la traditionnelle, vient de fêter son 1200ème anniversaire. Quant à la ville nouvelle de Casablanca, elle n’a pas tout à fait un siècle.

Laïla Skali, la trentaine, née à Fès, est architecte ; son combat : l’avenir de la plus ancienne médina du Maroc – et l’une des plus anciennes cités du bassin méditerranéen – qui connait aujourd’hui un début de renaissance, après des décennies de repli sur soi. Laïla a ainsi développé ici le concept du « logement chez l’habitant », une première dans tout le pays. Trente familles ouvrent leurs magnifiques maisons aux voyageurs de passage à Fès, ce qui pour Laïla a de multiples avantages : faire connaitre le très riche patrimoine de Fès et ses grandes et très belles maisons – alors que la médina, ses rues très étroites et ses hauts murs, dissimule la plupart de ses trésors ; mais aussi offrir aux familles accueillantes une source de revenus qui leur permettra d’entretenir ces chefs-d’œuvre d’architecture. Au-delà de cette expérience, Laïla a beaucoup d’autres idées pour la médina. Entre autres, elle souhaite mettre en lumière l’artisanat d’excellence. Tissage, travail du bois ou du cuir : Fès recèle des ateliers de qualité exceptionnelle, mais qui sont là encore, cachés dans les innombrables ruelles de la médina.

En comparaison, Casablanca parait de prime abord moins authentique que la médina de Fès … Une ville moderne en plein développement qui pourrait ressembler à toutes les grandes métropoles du monde arabe … si ce n’était son histoire fascinante et la richesse surprenante de son architecture - pour qui s’intéresse au patrimoine du XXème siècle. Monique Eleb, professeur d’architecture à Paris, est née à Casablanca, et c’est peut-être pour cette raison qu’elle s’est penchée sur le passé de la ville.

Le Casablanca « XXème siècle », quasi abandonné à l’indépendance, en 1956, suscite à nouveau un large intérêt. Monique nous fait découvrir ce patrimoine : le quartier dit « art déco », où les européens marièrent l’architecture moderne aux arts marocains ; le quartier dit des « Habbous », où les français réalisèrent la réplique d’une médina traditionnelle pour accueillir les marocains qui s’installaient dans la ville ; ou encore le quartier d’Anfa, réservé jusqu’à l’indépendance aux seuls européens, où se trouvaient les plus belles villas de Casablanca.